Accueil Sports

Bruges s’active déjà, quand Anderlecht attend encore...

Gand, le champion sortant, et Charleroi, la révélation, misent sur la stabilité. Alors que Bruges s’active déjà, Anderlecht, privé de C1, est dans l’expectative. Avec plus de 30 joueurs dans son effectif, le Standard doit s’alléger tout en cherchant un attaquant de poids.

Temps de lecture: 11 min

Pour quelques clubs, la saison a déjà repris, avec des effectifs forcément incomplets ou redondants. A peine le temps de s’éponger le front donc que la sueur perle déjà. Et la salive, avec cette période délicate de la campagne des transferts, n’est pas en reste.

Dans un monde idéal – mais, rapporté au football, cet univers de cocagne n’existe plus depuis l’arrêt Bosman –, un entraîneur souhaiterait préparer sa saison avec un groupe déjà configuré dans la plupart de ses lignes, et les joueurs, à leur tour, désireraient aussi jeter les bases de leur championnat dans leur environnement définitif. Mais c’est ainsi et pendant que les joueurs négocient leurs premiers tours de terrain au fil de l’herbe rase, leurs dirigeants, leurs agents, négocient tout court, sur le fil du rasoir, anticipant tout et son contraire, pour ne pas se laisser cueillir de surprise, surtout dans le chef des premiers cités.

Bruges dépense, Gand se dépense

Parce que le temps, c’est de l’argent – et dans l’urgence, un transfert coûte toujours plus cher –, Bruges, quoique toujours aussi prodigue en cette période transitoire, a déjà enrôlé cinq joueurs à quinze jours… de l’ouverture officielle du marché, dont Hans Vanaken pour 5 millions d’euros, et envisage de rapatrier Jelle Vossen (de Genk via Middlesbrough, qui n’a pas levé l’option) pour près de deux fois moins… Une belle occasion pour un buteur patenté !

La Gantoise, championne en titre, a, elle, déjà repris les affaires courantes, laissant son mercato tourner au ralenti. Au contraire de Michel Preud’homme, échaudé par les blessures et la multiplication des matchs la saison dernière, Hein Vanhaezebrouck prône la stabilité et insiste sur la cohésion tactique et affective dont la combinaison a débouché sur ce titre historique.

A Genk, la révolution est en marche

Entre ces deux tendances, progressiste et conservatrice, Anderlecht, plus par contrainte que par choix, ne sait pas trop sur quel pied entrer dans ce mercato. D’abord, les quelque 15 millions de manque à gagner sans la Ligue des champions, et le manque d’attractivité que cette non-qualification suppose, impose à la fois la vente d’un « cadre », au moins, et une difficulté supplémentaire à attirer un joueur étranger. Ensuite, l’incertitude autour des départs de ses joueurs les plus en vue induira un été plus ou moins actif, plus ou moins bien alimenté en liquidités. Et pourtant, Anderlecht, 3e, doit se renforcer !

Une double curiosité enfin : Roland Duchâtelet attendra-t-il encore les soldes de fin d’été ? Jusqu’où ira la révolution à Genk sous l’égide de Peter Maes, appelé à rendre âme et unité d’esprit au club limbourgeois ?

Aucun doute là-dessus : il va y avoir aussi de la sueur en coulisses.

 

ANDERLECHT

Mbemba vers Gladbach le forcing pour Hassan

Après avoir rapidement recasé Luka Milivojevic à l’Olympiacos et Gohi Bi Cyriac à Ostende (N’Sakala et Colin subiront-ils le même sort ?), Anderlecht espère officiellement enregistrer ses premières arrivées dans les prochains jours.

Parmi les pistes les plus concrètes, on citera le back gauche malinois Obradovic qui devrait être mauve cette semaine ainsi que le milieu de terrain offensif égyptien Mahmoud Hassan « Trezeguet » (Al Ahly) pour lequel Herman Van Holsbeeck est actuellement au Caire. L’Egyptien est censé devenir l’élément créatif que recherche à tout prix Besnik Hasi, capable de faire oublier Boussoufa (a priori inaccessible) ou Suarez qui reste une énigme après plus de deux ans passés sur la touche.

Notons qu’une première offre mauve de 700.000 euros avait été refusée par Al Ahly qui ne laissera pas filer facilement sa vedette.

L’autre priorité anderlechtoise demeure un défenseur central droitier aussi expérimenté que talentueux compte tenu du départ imminent et inévitable de Chancel Mbemba. Le Borussia Moenchengladbach est actuellement le plus concret pour acquérir le défenseur congolais et serait prêt à augmenter son offre à 9 millions plus les bonus. L’Atlético Madrid et Valence restent à l’affût mais ‘Gladbach a clairement pris l’ascendant.

Beaucoup d’autres joueurs que Hasan et Obradovic sont cités au stade Constant Vanden Stock. Parmi ceux-ci, un certain Imoh Ezekiel que le Sporting rêverait d’associer à Aleksandar Mitrovic… pas opposé à l’idée de rester une saison supplémentaire. Le choix numéro un en cas de départ de Mitrogoal – Anderlecht réclamerait 20 à 25 millions – reste l’Argentin Guido Carrillo (Estudiantes).

Privé des 17 millions que lui aurait assuré une participation aux poules de la Ligue des champions, le club bruxellois aura besoin de rentrées financières pour frapper l’un ou l’autre gros coup avant le 31 août. Mbemba, Mitrovic et Praet voire Najar sont les plus susceptibles de les lui offrir mais seul le premier cité quittera la capitale à coup sûr cet été.

Au rayon des gardiens, Kaminski, toujours sous contrat, a signé une belle saison à Famagouste mais il ne s’épanouira évidemment pas dans l’ombre de Proto et Roef.

Besnik Hasi, qui rêvait d’avoir son noyau au complet pour la reprise risque de devoir une nouvelle fois faire preuve de patience.

 

FC BRUGES

Diaby et Vanaken, les bonnes pioches

Vainqueur de la Coupe de Belgique mais ayant raté de peu le titre de champion, la saison dernière, le FC Bruges a misé sur la continuité tout en apportant quelques retouches intéressantes à son noyau. Michel Preud’homme reste le chef d’orchestre de cet ensemble bien équilibré qui a accueilli, outre Sébastien Bruzzese – qui suppléera le retraité Vladan Kujovic dans l’ombre de Ryan –, Abdoulaye Diaby (ex-Lille, RMP) et Hans Vanaken (ex-Lokeren). Ces deux éléments qui ont l’avantage de connaître le championnat belge et de mêler jeunesse et talent, devraient s’acclimater sans souci dans leur nouvel environnement. Le jeune attaquant australien d’origine nigériane Bernie Ibini (22 ans) semble davantage être une solution de rechange supplémentaire, surtout si Jelle Vossen débarque à son tour.

A priori, le recrutement brugeois est terminé, même si un exode de plusieurs joueurs cadres (Meunier est le plus demandé mais Duarte, Vazquez ou Oulare suscitent également de l’intérêt) pourrait légèrement changer la donne ces prochaines semaines.

 

CHARLEROI

On ne change pas une équipe qui gagne

La réponse de Felice Mazzù, au soir de la qualification de Charleroi pour le 2e tour préliminaire de l’Europa League, pouvait être prise au second degré, ou à tout le moins comme une phrase fourre-tout pour éluder le sujet. « Un renfort d’expérience dans chaque ligne pour consolider l’équipe en quantité et en qualité », avait-il glissé du tac au tac en réplique à la question sur les priorités du recrutement carolorégien pour le championnat suivant.

Europe ou pas, la direction du Sporting avait déjà « mis en route », pour emprunter une expression au jargon cycliste, bien avant la fin des playoffs. Bien avant même la fin de la saison classique avec l’arrivée de l’attaquant Roman Ferber, libéré par la situation déficitaire de Mons. Dans ce même souci d’anticipation, Mehdi Bayat, qui veut toujours regarder plus loin que le bout de son nez, avait, peut-être, aussi flairé le bon coup, dès février, avec le buteur de D2 Florent Stevance, en fin de contrat avec Seraing. D’aucuns pourraient faire la moue devant sa carte d’identité (26 ans). Au Français de démontrer que la valeur peut aussi attendre le nombre des années…

Le Nordiste aura en tout cas la chance de débarquer dans une équipe au jeu bien huilé mais à laquelle il manque précisément un vrai goleador pour concrétiser cette bonne organisation.

Mais Felice Mazzù ne se contentera pas d’un pari, a fortiori, dans un championnat où l’effet de surprise aura cessé de le servir. L’entraîneur l’a dit, il veut un joueur affirmé dans chaque secteur. Charleroi avait frappé, l’hiver dernier, un 3e coup, le premier dans l’ordre chronologique, en s’assurant les services d’un autre Français, Yannick Boulenger. Réserviste jusque-là à Lens, le défenseur latéral gauche avait reçu plus de temps de jeu après cette signature ! Le retour, survenu ces jours-ci, de Mehdi Bayat pourrait accélérer certains dossiers, voire clarifier les situations de Dewaest et Kebano, les plus demandés et pressés au moins de connaître leur avenir. En partance ou pas, de toute façon, un autre défenseur central et un autre « créatif » débarqueront au Mambourg.

 

GAND

Matton débarque, la continuité privilégiée

Pourquoi changer une équipe qui gagne ? Un peu plus de trois semaines après les festivités liées à son surprenant sacre de champion de Belgique, Gand a repris les entraînements avec un noyau très peu modifié. Hein Vanhaezebrouck est resté et devrait même prolonger son contrat dans les heures qui viennent, tandis que le seul Thomas Matton (Courtrai) a débarqué à l’heure actuelle pour amener de la concurrence au sein de l’entrejeu. Le club, qui se cherche encore un défenseur central (Chanot, Poulain ?), un attaquant et éventuellement un médian défensif, compte en effet accorder sa confiance au collectif qui avait fait la différence lors du sprint final, sans faire de folies malgré les rentrées assurées par la Ligue des champions. Quand on sait d’où il vient, peut-on l’en blâmer ?

 

GENK

Seul le staff technique a changé

Malgré une saison catastrophique, qui l’a vu manquer le top 6 et donc la participation aux Playoffs 1, Genk ne semble pas pressé d’alimenter le mercato. A l’heure actuelle, aucune arrivée n’a été enregistrée à la Cristal Arena, si ce n’est un staff technique new-look et séduisant. Pour succéder à l’insipide Alex McLeish, appel a été fait au bouillonnant Peter Maes, qui poursuit sa progression linéaire après avoir entraîné 4 ans à Geel, 4 autres à Malines et 5 enfin à Lokeren. Peter Balette (ex-Gand) et Erwin Lemmens (ex-équipe nationale) le seconderont dans sa tâche, qui s’annonce compliquée mais passionnante. Le club limbourgeois cherche en priorité à étoffer sa ligne offensive. Vossen ne devrait pas revenir mais Santini (Courtrai), Kabananga (Cercle) ou Emond (Waasland-Beveren) semblent les pistes les plus chaudes.

 

MOUSCRON-PERUWELZ

Prolongations et inexpérience

Le maintien acquis au forceps, le rachat tant attendu pas encore acté, le RMP a mis du temps avant de se lancer sur le marché des transferts. Victime du renoncement tardif de Johan Walem, la direction a confié la gestion de l’équipe à Cedomir Janevski, qui connaît bien la compétition belge. Il sera assisté de Laurent Demol (ex-Tubize) et de Hans Galjé, pour les gardiens.

Jusqu’ici, le recrutement s’est orienté vers deux axes distincts. D’abord, il a fallu acter la reconduction de contrat de plusieurs éléments, dont certains avaient opposé un refus dans un premier temps en espérant trouver leur bonheur ailleurs comme ce fut le cas avec Vandendriessche (Ostende), Verstraete (Courtrai), Gano et Langil (tous deux Waasland-Beveren). En ce sens, la reconduction récente des baux de Thibaut Peyre, Teddy Mézague, Dimitri Mohamed mais surtout ceux de Julian Michel et de Tristan Dingomé sont de bonnes choses pour préserver une certaine continuité.

L’autre axe choisi par la direction du RMP, c’est d’offrir une réelle chance à des joueurs méconnus et prometteurs, principalement issus de D2. C’est le cas, notamment, de trois anciens joueurs de Seraing United (Boumédiene, Tirpan, Vaccaro), de Rausin (Westerlo) mais aussi du Montois Amallah ainsi que de Nkaka (Bruges), qui a signé mardi. Dusenne (ex-Mons et Cercle) possède plus d’expérience. Forcément, alors que seuls 15 joueurs sous contrat ont repris le chemin des entraînements, lundi, c’est beaucoup trop léger.

Le club cherche à apporter de la qualité et de l’expérience à ce groupe qui en manque trop, à l’heure actuelle, pour espérer se sauver. Deux gardiens – on évoque les noms de Saussez, Dumesnil, Debat, Werner ou même du Virtonnais Théo Defourny – sont indispensables, comme des tauliers pour former une épine dorsale solide. Vu les limites financières du RMP, ce ne sera pas chose aisée.

 

STANDARD

Muslin veut un pivot pour attaquer la saison

Dans un club très enclin au chamboulement ces dernières années, au moins, Slavoljub Muslin, le nouvel entraîneur, bénéficiera d’une ample marge de manœuvre pour monter un effectif en cohérence avec le module de jeu qu’il juge le plus fonctionnel : le 4-3-3. Reste à savoir s’il pourra profiter des largesses de Roland Duchâtelet pour y incorporer des joueurs de niveau. En schématisant, le Serbe tient sa base, avec une défense bien charpentée autour des axiaux, Teixeira et Scholz, et des latéraux, Andrade et Milec, avec Arslanagic et Van Damme, toujours là…, en réserve de la République. En revanche, à l’autre bout du terrain, c’est tout le quadrilatère offensif qui a été (ou va être) démembré. Carcela est déjà parti et Ezekiel a regagné la gare d’Al-Araibi (Qatar) pour y connaître sa nouvelle destination. Mujangi Bia et De Camargo, pour des raisons diverses, ont exprimé leur envie d’ailleurs que le club secondera. Avec Legear, à condition qu’il redevienne ce qu’il a été, Muslin dispose par contre d’un élément pour un de ses deux couloirs offensifs. L’arrivée d’Anthony Knockaert (23) compense, numériquement, le départ de l’ailier marocain. Déterminant dans la montée de Leicester, son club précédent, le Nordiste a par contre été relégué à un rôle subalterne avec les « Foxes » la saison passée en Premier League. Autrement dit, sur les flancs, Muslin a besoin d’une voire deux solutions prêtes à l’emploi.

Au cœur de l’attaque, pièce-charnière du 4-3-3 pour notamment donner le temps à l’équipe de se redéployer en possession de balle, Muslin veut forcément du gabarit. L’international australien Tomi Juric (23) – plutôt que Santini, au risque d’une ruineuse surenchère avec Genk – devrait être ce pivot.

Entre ces deux secteurs extrêmes, le Standard peut déjà aligner un très bon trio médian avec Enoh, De Sart et Trebel. Il incombe à Muslin de convaincre Julien De Sart qu’il n’y a aucun problème de complémentarité entre le Français et lui.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Sports

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir