Accueil Société

Abdelkader Hakkou: «Comment est-ce possible qu’un policier seul dispose du pouvoir d’enfermer les gens?»

Collaborateur de l’ULB, le chercheur marocain a été bloqué à l’aéroport de Charleroi et envoyé en centre fermé car il ne disposait pas d’assez d’argent liquide sur lui.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Dans le hall de son hôtel, à Bruxelles, le professeur marocain Abdelkader Hakkou est toujours quelque peu choqué, ce dimanche après-midi, par la mésaventure qu’il a vécu la majeure partie du week-end. Vice-président de l’Université Mohamed Premier, située à Oujda, il est venu en Belgique dans le cadre d’un projet de coopération avec l’ULB afin d’assainir les dattiers et les palmiers malades dans les oasis. Arrivé vendredi à l’aéroport de Charleroi, il n’a pu entrer sur le sol belge. Un policier lui a refusé l’accès sous prétexte qu’il ne remplissait pas les conditions nécessaires. Il a ensuite été conduit au centre fermé 127 bis de Steenokkerzeel jusqu’à dimanche midi. Après avoir récupéré son passeport à Charleroi, il a enfin pu gagner son hôtel dimanche après-midi.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par Isabelle Ansseau, lundi 4 décembre 2017, 19:20

    Je suis doctorante. J'ai régulièrement été aux États-Unis pour des congrès scientifiques, et j'y suis toujours rentrée avec un visa de touriste. Il n'y a jamais eu de soucis avec ça. Ils m'ont régulièrement demandé les montants de mes comptes bancaires et combien j'avais en liquide, mais soit. Je ne comprends pas que la Belgique puisse enfermer des professeurs d'université. J'ai honte de vivre dans ce genre de pays où sur un simple soupçon, et sans vérification, on peut se retrouver écroué.

  • Posté par Lacourt Anne, lundi 4 décembre 2017, 18:48

    Si le professeur se montrait aux portes du Canada ou des US avec un visa touriste alors qu'il venait travailler, il ne serait pas mis dans un centre, mais directement sur un avion retournant d'ou il venait. Il est stupide de venir dans un pays en tant que touriste pour aller y travailler. L'ULB devrait connaitre les lois belges et aurait du s'assurer que leur collaborateur avait les papiers necessaires a l'avance. Le policier n'a fait qu'appliquer la loi. qui est faite pour tout le monde

  • Posté par Renier Jean-bernard, lundi 4 décembre 2017, 18:21

    Le policier n'a fait que son job ! Soutien à Théo Francken !

  • Posté par Lilien Raymond, lundi 4 décembre 2017, 16:32

    Et si le recteur de l'ULB, plutôt que de critiquer les autres, s'adaptait lui-même à la loi de son (de notre) pays ? Il dit lui-même que ce n'est pas la première fois qu'une telle situation se produit. Pourtant, il ne doit pas être compliqué de fournir à tout étranger invité une attestation relative à son séjour et à sa prise en charge - et cela, avant qu'il ne se présente à la frontière ! Trop difficile à comprendre pour un recteur d'université ???

  • Posté par Miguel Roch, lundi 4 décembre 2017, 11:51

    En fait, le policier ne décide rien du tout. C'est l'Office des Etrangers qui prend la décision. Un peu moins de zèle, un simple coup de fil pour vérifier les dires du Professeur et on aurait épargné à un honnête homme toute cette humiliation et aux autorités belges de passer pour une bande de klettes!

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs