Accueil Société Régions Bruxelles

Bruxelles est francophone à 92%, selon les déclarations fiscales

Le «sexe linguistique» des déclarations IPP dans les communes à facilités et à Bruxelles a été examiné.

Temps de lecture: 1 min

Selon les données linguistiques tirées des déclarations fiscales 2017, Bruxelles est francophone à 92%, rapporte La Libre Belgique lundi sur base d’une réponse du ministre des Finances, Johan Van Overtveldt (N-VA), adressée au député fédéral Gautier Calomne (MR).

M. Calomne a demandé au ministre le «sexe linguistique» des déclarations IPP dans les communes à facilités et à Bruxelles. Dans ces zones, les administrés doivent dévoiler leur préférence linguistique à l’occasion de leur rapport annuel avec l’administration fiscale. Il en ressort que 92% des habitants reçoivent leur déclaration pour l’impôt des personnes physiques (IPP) en français.

Une bonne indication du poids de la francophonie

Ces données ne sont pas aussi précises qu’un recensement linguistique, mais les informations tirées des déclarations IPP donnent tout de même une bonne indication du poids réel de la «francophonie», observe La Libre Belgique. Le quotidien rappelle que les véritables recensements ne sont plus possibles depuis la fixation de la frontière linguistique en Belgique en 1962.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

18 Commentaires

  • Posté par Mathias boehler , mardi 5 décembre 2017, 12:57

    8% de néerlandophones malgré tous les efforts de colonisation flamande depuis 20 ans. On se demande toujours ce que fait le parlement flamand à Bruxelles.

  • Posté par Lambotte Serge, lundi 4 décembre 2017, 17:01

    Cà alors il va encore falloir diminuer le nombre de ministres flamands.

  • Posté par Nicolay Jean-marie , lundi 4 décembre 2017, 9:22

    Voilà une belle enquête et la déclaration fiscale c'est une preuve objective!

  • Posté par Didier Marc, lundi 4 décembre 2017, 7:52

    et c'est bien pour cela que toutes les proposition flamandes de réformes de Bruxelles passent par la suppression des communes : à ce niveau, la représentation linguistique est (presque) respectée. tandis qu'au niveau régional (GVt) c'est fifty/fifty.

  • Posté par Heymans Paul, lundi 4 décembre 2017, 7:52

    Tout le monde sait que cette base d'estimation est totalement erronée, dans la mesure où les déclarations fiscales ne sont disponibles que dans les trois langues nationales. Si on considère la langue parlée dans les foyers, la proportion des francophones n'atteint pas 60%, 8% de néerlandophones et le solde est composé d'une multitude de langues...

Plus de commentaires
A lire aussi

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs