Accueil Belgique Politique

L’ombre d’Alain Mathot pèse sur le procès Intradel

En 2009 était inauguré le nouvel incinérateur à déchets de l’intercommunale Intradel. Près de 13 millions auraient été détournés au préjudice des communes associées. Inculpé en 2011, Alain Mathot reste protégé par son immunité parlementaire. Le procès s’est ouvert ce mardi, à raison d’une audience par semaine.

Récit - Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 4 min

Tout commence en mai 2007 lorsqu’une lettre anonyme de quatre pages dénonçant des irrégularités dans l’attribution du marché de construction du nouvel incinérateur à déchets d’Intradel à la société française Inova parvient sur le bureau d’un journaliste de SudPresse. Qui fait suivre au parquet de Liège.

Plus de dix ans ont passé. D’innombrables auditions, perquisitions, expertises, commissions rogatoires. Et en bout de course, dès ce mardi 5 décembre, l’ouverture d’un procès financier d’une ampleur sans précédent : en marge de la construction de cet incinérateur à 170 millions d’euros HTVA, près de 13 millions se seraient perdus en commissions occultes. Et quelle que soit, in fine, la décision des juges, elle devrait avoir un goût d’inachevé : Alain Mathot, député-bourgmestre de Seraing, soupçonné d’avoir à lui seul indûment capté 700.000 euros, n’aura pas l’occasion de s’expliquer et le cas échéant, de se disculper, la Chambre ayant refusé que soit levée son immunité parlementaire.

Le corbeau

Signé par « un homme (…) dont la carrière est déjà finie », le courrier qui a tout déclenché ne manque pas de précisions, il ébauche déjà quelques-unes – même si c’est avec des amalgames et exagérations – des accusations qui seront reprises bien plus tard dans le réquisitoire. « L’affaire Intradel, s’indigne le corbeau, est une tentaculaire affaire de corruption anonyme, association de malfaiteurs, détournement de marchés publics, faux et usages de faux, paiement de commissions illégales, rétro-commissions, blanchiment d’argent… » L’informateur masqué y dénonce notamment les agissements d’Alain Mathot, de Roger Croughs (alors directeur de l’intercommunale), de Léon-François Deferm (un homme d’affaires proche d’Alain Mathot), du patron d’Inova France, Philippe Leroy, de consultants liégeois aussi. Tous ceux-ci figurent dans le réquisitoire qu’a dressé le parquet en février 2015.

Deux personnages clés sont en aveux. Le premier est Philippe Leroy, patron d’Inova-France, suspecté d’avoir été le scénariste et un des premiers rôles de ce pacte de corruption. Aux enquêteurs, il a prétendu avoir remis 700.000 euros au bourgmestre de Seraing, en de nombreux versements, effectués le plus souvent lors de rencontres dans des hôtels parisiens. Des accusations que dément farouchement Alain Mathot. Dans son édition du 1er décembre, Le Vif a néanmoins relevé que les deux hommes sont entrés en contact à 71 reprises entre 2006 et 2008, que le Sérésien a effectivement réglé avec sa carte Visa huit séjours dans des hôtels parisiens (dont le Méridien et le Baltimore, cités nommément par son corrupteur présumé comme les lieux de leurs rencontres), qu’il avait codé le numéro de téléphone de son interlocuteur comme s’il avait voulu en compliquer l’identification par une tierce personne.

13 millions d’euros détournés

Le second suspect à avoir choisi la voie de la confession est Alain Basilien, ex-échevin des finances à Honnelles (Hainaut), débordant d’enthousiasme quand on lui demandait de produire de fausses factures. « En gros, j’ai sorti comme cela un million d’euros et la commission était de 15 % », résumera-t-il aux enquêteurs le jour de son inculpation, en décembre 2011. L’argent transitait par plusieurs sociétés et était enfin versé sur des comptes au Grand-Duché, à Saint-Marin et en Suisse. « L’argent du Luxembourg ou de Saint-Marin était sorti avec des cartes bancaires anonymes. On pouvait retirer 10.000 euros par jour. J’ai donné deux cartes à Leroy, c’est lui qui allait au distributeur. J’ignore ce qu’il faisait de l’argent ».

Au total, craint la justice, ce sont près de 13 millions d’euros qui auraient été soustraits aux contribuables wallons en marge de la construction du nouveau site Intradel : un peu plus d’un million par Alain Basilien, six millions par l’intermédiaire d’une société de droit belge (TPS) puis de divers paradis fiscaux, le solde par deux lobbyistes liégeois. Tous – à l’exception donc de MM. Basilien et Leroy – nient s’être livrés à la moindre malversation, ils feront entendre leur version aux magistrats.

Le procès se tient ce mardi 5 décembre et à raison d’une audience par semaine, jusqu’aux congés de Noël. Puis reprendra au printemps.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Gratter Poil, mercredi 6 décembre 2017, 8:46

    La pomme (Alain) ne tombe jamais loin de l'arbre (Guy).

  • Posté par De Preter Jean-Christophe, mardi 5 décembre 2017, 17:30

    FOSSOYEURS DE LA DEMOCRATIE!!!! UN EXEMPLE DE PLUS : DETOURNEMENT D'ARGENT , ALAIN MATHOT, UN VOLEUR PARMI LES AUTRES AVEC LA BELLE COMPLICITE DE LA NVA, à mourir de rire , Satanés Politiciens Par votre malhonnêteté et votre cupidité, vous contribuez à attiser la haine des citoyens pour le monde politique : BEURK!!!! Vous nous DEGOUTEZ un tel point, vous me donnez la NAUSEE M. MATHOT & Acolytes!!!

  • Posté par Serge Vandeput, mardi 5 décembre 2017, 10:17

    Il serait quand même intéressant de savoir pourquoi la NVA a protéger Mathot et ce que la NVA a reçu comme récompense du PS? Il n'y a pas un journaliste courageux pour percer ce mystère? On sait que les Fonds de Pensions-PS Liégeois investissent dans l'immobilier Anversois, mais est ce l'unique raison?

  • Posté par Rebts Jean-Louis, mardi 5 décembre 2017, 9:04

    Une multipartite de maffieux; tout les partis sont représentés dans cette affaire, (hormis peut être les Vert et le PTB ???) Bref, là où il y as du pognon à prendre, ils sont tous au râtelier et les drapeaux sont rangés dehors...

  • Posté par Roland MARTIN, mardi 5 décembre 2017, 7:23

    La pieuvre ...

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une