Accueil Monde États-Unis

«L’Otan prête à répondre à une attaque» nord-coréenne

La menace nord-coréenne au menu de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Alliance atlantique. Rex Tillerson, partisan de la négociation, vient chercher un soutien politique.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Toujours plus à l’Est ! La menace nucléaire et balistique croissante posée par la Corée du Nord sera au cœur des préoccupations des Alliés, réunis mardi pour un dîner de travail au QG de l’Otan, à Bruxelles. La relation houleuse avec la Russie, accusée de soutenir un conflit territorial aux portes de l’Alliance, en Ukraine, et d’ingérences dans nos sociétés, sera bien sûr également au menu, spécialement en ce jour du 50e anniversaire de la « doctrine Harmel », du nom de l’ex-chef de la diplomatie belge, auteur d’un rapport prônant une double approche avec l’URSS : dissuasion et détente politique. Mais le dossier nord-coréen fait une irruption relativement inédite à la table des ministres des Affaires étrangères, qui se retrouvent pour deux jours au siège de l’Organisation.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs