Les chiffres fous de la carrière de Johnny Hallyday

Les chiffres fous de la carrière de Johnny Hallyday

Les disques : 40 disques d’or, 3 disques de diamant et 22 disques de platine. Il a remporté 10 Victoires de la musique pour une discographie officielle qui compte 50 albums studio et 29 albums live.

Johnny a plus de 116 duos à son actif.

Plus de 110 millions de disques et cassettes vendus dans le monde avec Universal, dont 60 millions uniquement en France.

Plus de 1000 chansons enregistrées dont 250 adaptations et plus d’une centaine de chansons composées par Johnny lui-même.

43 ans de collaboration avec Universal Music France, avec qui il a enregistré plus de 800 chansons.

Les médias : Johnny a tourné dans 35 films, notamment avec Godard et Costa-Gavras. 111 livres ont été écrits sur lui et 567 sites web lui sont consacrés avec au total 10 000 membres. 25 Fan clubs lui sont dédiés et il est apparu sur 2000 couvertures de magazines.

Les concerts : Johnny Hallyday a effectué 183 tournées, 27 rentrées parisiennes et a attiré plus de 28 millions de spectateurs. À l’occasion du 14 juillet 2009 et des 120 ans de la Tour Eiffel, Johnny a organisé un énorme concert sur le Champ de Mars qui a regroupé entre 700,000 et un million de spectateurs.

79 Bercy de plus d’un million de spectateurs ont accueilli Johnny Hallyday, qui a effectué 179 tournées en France et en Europe, faisant le bonheur de 25 millions de spectateurs.

Stade de France de 98 : 210.000 spectateurs (3 fois plus qu’au Palais des Princes ou qu’à la Tour Eiffel !). Le budget destiné à la tournée s’est élevé à plus de 54 millions d’euros. Pour cette tournée, Johnny a fait plus fort que les Rolling Stones avec un scène de 3600 m2 de superficie, 30 mètres de hauteur, un pont-levis de 18 mètres et une route de 160 mètres descendant vers les gradins. 1000 personnes se sont occupées de la sécurité, et 1000 camions ont transporté 500 projecteurs et l’équivalent de 200,000 chaînes hi-fi. 20 musiciens ont accompagné la star, avec un orchestre symphonique de 80 pièces et un choeur de 300 personnes. Johnny a chanté 37 chansons en 3 heures.

L’objet culte : sa première guitare sèche a été vendue à 541 euros.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
La manière dont la politique budgétaire reste conçue globalement en Europe privilégie une rigidité qui n’a aucun sens
», dit Paul Magnette. A ses côtés, Olivier Chastel ne dément pas. © Pierre-Yves Thienpont.

    Le face-à-face: Olivier Chastel et Paul Magnette, pas d’accord, pas distants

  2. Manifestations étudiantes ce 21 mai à Alger comme tous les mardis depuis trois mois.

    Algérie: le chef de l’armée tente de mettre la contestation au pas

  3. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite