Accueil Société Enseignement

Les petits francophones, bons derniers européens en lecture

Les capacités de lecture des jeunes francophones ont reculé en cinq ans, selon les résultats du Programme international d’évaluation des compétences en lecture.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

L’étude du Programme international d’évaluation des compétences en lecture (Pirls) 2016, dévoilée ce mardi, analyse les capacités de lecture des élèves de 4e primaire dans 61 pays différents. Parmi eux, 31 membres de l’Union européenne (UE) avec lesquels les résultats de la Fédération Wallonie-Bruxelles ont été comparés. Dans ce classement, les jeunes francophones sont 31e, juste derrière la France et avant d’autres pays hors de l’UE, comme le Chili ou la Géorgie.

Entre la même étude réalisée en 2011 et celle de 2016, une nette régression est visible : nos jeunes francophones n’y engrangent qu’un résultat moyen de 497 points, soit un recul de 9 points par rapport à il y a cinq ans. Avec un score de 525 points, la Flandre fait mieux que la Fédération Wallonie-Bruxelles, mais se trouve aussi sous la moyenne européenne (542).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Van Wassenhove G , mercredi 13 décembre 2017, 12:17

    Les enfants apprennent à aimer la lecture à 4 ans en lisant une histoire sur les genoux de leurs parents. Notre monde du travail qui demande toujours plus de flexibilité de disponibilité de mobilité laisse-t-il du temps aux parents pour lire avec leurs enfants?

  • Posté par Jaspers Marie, lundi 11 décembre 2017, 23:55

    Ce test n'était pas nécessaire pour nous ,enseignants, pour savoir que les élèves de FWB ne savent pas lire en comprenant ce qu'ils lisent! Tout le monde critique les maths en les trouvant trop abstraites, pas en lien avec la vie courante.Pour beaucoup des résolutions de problèmes de vie réelle seraient de nature à passionner les élèves pour les maths! Cela me laisse perplexe car chaque fois que l'on aborde des problèmes vraiment intéressants, la majorité des élèves nous supplie :"NON Madame pas des problèmes car "les problèmes sont un problème"!.Pourtant, ces problèmes sont des problèmes de rendement de capitaux placés à intérêts composés, de calculs d'optimisation d'investissements, et même des problèmes simplistes de calculs d'échelle ou encore de détermination de la hauteur d'une tour de clocher à l'aide de deux projecteurs, etc..... il y en a des milliers mais les profs ne peuvent guère en faire étant donnés les refus et réticences des élèves.Mais, quand les pédagogues prônent la résolution de problèmes ont-ils conscience que les problèmes de vie réelle deviennent très vite complexe? Quand ils les prônent, je crois qu'ils ne voient pas outre les problèmes simplistes d'école primaire.Vraiment, j'aimerais qu'ils précisent de quels types de problèmes du 21° siècle, ils souhaiteraient voir traiter à l'école! Le 21° siècle? Il faut au minimum déterminer des trajectoires d'exoplanètes!!! Et savoir calculer leur distance par rapport à la terre en années lumière! Petits problèmes d'actualité auxquels je leur suggèrent de méditer avant de dire tout et n'importe quoi au sujet de domaines dont ils ignorent tout!

  • Posté par Parmentier Luc, mercredi 6 décembre 2017, 12:55

    Grâce au "pacte de l'Excellence" , la FWB ne pourra que remonter dans ce classement ...! ouf ! Après les "compétences , transversales ou non , les certificatifs ou formatifs , le pacte , l'excellence, les Experts , les sciences de l'Education new look , voire même des universités du Nous , ...et autre titre pompeux de nombreuses formations "pédagogiques " , ....ne faudrait-il pas être beaucoup plus terre à terre ...? rigoureux ? ...à méditer...Ou ne faudrait -il pas rééquilibrer entre "Pédagogie moins idéaliste " et "Rigueur plus réaliste" et "Enseignement plus équitable , égalitaire pour tous"...

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs