Immobel part à la chasse outre-Quiévrain

Marnix Galle
: «
Bruxelles est devenu trop petite.
» © D.R.
Marnix Galle : « Bruxelles est devenu trop petite. » © D.R.

Quand on lui parle de la récente acquisition par Immobel de Nafilyan & Partners, société de promotion immobilière située outre-Quiévrain, Marnix Galle s’insurge. « Non, cette opération n’est pas le fruit du hasard. Elle s’inscrit dans notre stratégie de nous implanter de manière significative dans d’autres marchés. Bruxelles est devenue un espace trop petit. Le résultat est qu’on se bat à mort (sic !) sur des dossiers et que très souvent, on termine sans marge. »

L’homme est lancé. Et il poursuit : « Nous avons acquis de l’expertise dans la régénération urbaine que nous souhaitons valoriser. Mais des gros projets en Belgique, il y en a très peu, un par an… »

Pour l’instant, la reconversion du site ING à Bruxelles en fait partie. Encore faut-il être retenu. Immobel se focalise sur les projets de rénovation urbaine dans les grandes villes et souhaite s’associer à des partenaires locaux pour se développer à l’international. Nafilyan & Partners, spécialisé dans le marché résidentiel français et actif principalement à Paris, en est un. Fondée en 2014 par Guy Nafilyan, ancien PDG de Kaufman & Broad et Bruce Karatz, ancien Chairman & CEO du groupe américain KB Home, Nafilyan & Partners avec plus de 30 opérations immobilières en commercialisation, en moyenne une centaine de logements par site et 3.500 logements en portefeuille foncier, a déjà sécurisé plus de 50 % de la commercialisation des programmes ouverts à la vente et des réservations de logements de l’ordre de 180 millions d’euros en 2017. En vitesse de croisière, le promoteur français prévoit de commercialiser 1.500 à 2.000 logements par an, pour un chiffre d’affaires de l’ordre de 300 millions d’euros. Pour rappel, Immobel développe actuellement près de 800.000 m2 de projets.

« Nous souhaitons créer une plate-forme en France, un très grand marché. Nous avons eu l’occasion d’acquérir cette société. Ils souhaitaient avoir un partenaire financier et une pérennité. Ce fut de longues, très longues négociations, pour trouver un accord gagnant-gagnant respectant l’intérêt des deux parties. Et on l’a trouvé, tout le monde est ravi », poursuit M. Galle, plein d’optimisme.

L’acquisition se fera en trois phases : la première étape qui a eu lieu le 1er décembre prévoyait une augmentation de capital de Nafilyan & Partners à l’issue de laquelle Immobel détient 15 % de la société. Ensuite, des options croisées permettront à Immobel de procéder à 36 % supplémentaires en 2019 puis, au cours de l’exercice 2020 du solde des actions (49 %) et des autres titres du groupe français.

Immobel confirme son souhait de s’appuyer sur l’équipe managériale actuelle de Nafilyan & Partners, y compris Guy Nafilyan qui conserve ses fonctions de président de la société.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Une plage près de Girona en Catalogne.

    Reconfinement en Espagne: un risque de coup de frein pour un secteur touristique fragilisé

  2. d-20180418-3LQ7JN 2020-07-03 11:36:02

    La Belgique, pays le plus touché par le coronavirus? Une comparaison fallacieuse

  3. Joe Biden et Kamala Harris lors d’un meeting de campagne à Détroit, le 9 mars dernier
: le futur «
ticket
» démocrate pour la présidentielle
?

    Joe Biden rêve toujours d'un ticket avec Michelle Obama

La chronique
  • Lettre d’Europe: la pandémie s’éloigne, les questions climatiques restent

    Que la pandémie s’éloigne effectivement ou que les Européens s’habituent simplement à vivre avec elle, une chose est sûre : la lutte contre le changement climatique et ses conséquences dévastatrices sur nos vies reste notre plus grand défi.

    À Bruxelles, la Pologne va trouver sur la table des négociations le problème du CO2 car certains pays de l’Union européenne veulent que le Fonds pour une transition juste (avec, à la clé, 8 milliards d’euros pour la Pologne) soit accordé uniquement si Varsovie adhère à l’objectif européen de neutralité carbone fixé à 2050. Si, en décembre dernier, le gouvernement polonais est parvenu à retarder la décision, de nombreuses capitales européennes veulent aujourd’hui subordonner l’accord budgétaire à une décision claire de la Pologne sur la politique climatique communautaire.

    Cracovie la plus polluée

    Pourquoi, en Pologne, où près de la moitié de la...

    Lire la suite

  • Avis à Emmanuel Macron: on n’a pas deux fois l’occasion de faire bonne impression

    Et donc, en France, c’est le Président qui a un gros problème – des politologues le disent même détesté –, c’est son Premier ministre qui est populaire, mais c’est ce dernier qui remet son tablier.

    Il est trop tôt pour prendre la totale mesure du « changement » que veut imprimer un Président en grande difficulté en remplaçant Édouard Philippe par le haut fonctionnaire Jean Castex. Il faudra attendre la composition du gouvernement et vérifier s’il y a, par exemple, constitution d’...

    Lire la suite