Immobel part à la chasse outre-Quiévrain

Marnix Galle
: «
Bruxelles est devenu trop petite.
» © D.R.
Marnix Galle : « Bruxelles est devenu trop petite. » © D.R.

Quand on lui parle de la récente acquisition par Immobel de Nafilyan & Partners, société de promotion immobilière située outre-Quiévrain, Marnix Galle s’insurge. « Non, cette opération n’est pas le fruit du hasard. Elle s’inscrit dans notre stratégie de nous implanter de manière significative dans d’autres marchés. Bruxelles est devenue un espace trop petit. Le résultat est qu’on se bat à mort (sic !) sur des dossiers et que très souvent, on termine sans marge. »

L’homme est lancé. Et il poursuit : « Nous avons acquis de l’expertise dans la régénération urbaine que nous souhaitons valoriser. Mais des gros projets en Belgique, il y en a très peu, un par an… »

Pour l’instant, la reconversion du site ING à Bruxelles en fait partie. Encore faut-il être retenu. Immobel se focalise sur les projets de rénovation urbaine dans les grandes villes et souhaite s’associer à des partenaires locaux pour se développer à l’international. Nafilyan & Partners, spécialisé dans le marché résidentiel français et actif principalement à Paris, en est un. Fondée en 2014 par Guy Nafilyan, ancien PDG de Kaufman & Broad et Bruce Karatz, ancien Chairman & CEO du groupe américain KB Home, Nafilyan & Partners avec plus de 30 opérations immobilières en commercialisation, en moyenne une centaine de logements par site et 3.500 logements en portefeuille foncier, a déjà sécurisé plus de 50 % de la commercialisation des programmes ouverts à la vente et des réservations de logements de l’ordre de 180 millions d’euros en 2017. En vitesse de croisière, le promoteur français prévoit de commercialiser 1.500 à 2.000 logements par an, pour un chiffre d’affaires de l’ordre de 300 millions d’euros. Pour rappel, Immobel développe actuellement près de 800.000 m2 de projets.

« Nous souhaitons créer une plate-forme en France, un très grand marché. Nous avons eu l’occasion d’acquérir cette société. Ils souhaitaient avoir un partenaire financier et une pérennité. Ce fut de longues, très longues négociations, pour trouver un accord gagnant-gagnant respectant l’intérêt des deux parties. Et on l’a trouvé, tout le monde est ravi », poursuit M. Galle, plein d’optimisme.

L’acquisition se fera en trois phases : la première étape qui a eu lieu le 1er décembre prévoyait une augmentation de capital de Nafilyan & Partners à l’issue de laquelle Immobel détient 15 % de la société. Ensuite, des options croisées permettront à Immobel de procéder à 36 % supplémentaires en 2019 puis, au cours de l’exercice 2020 du solde des actions (49 %) et des autres titres du groupe français.

Immobel confirme son souhait de s’appuyer sur l’équipe managériale actuelle de Nafilyan & Partners, y compris Guy Nafilyan qui conserve ses fonctions de président de la société.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  2. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

  3. Image=d-20191022-3WTRV1_high

    Dossier «de la pergola»: le parquet renonce à poursuivre Stéphane Moreau et Bernard Thiry

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite