Les maisons de repos sont en pleine santé

Les maisons de repos sont très courtisées par les investisseurs car elles leur assurent un revenu garanti pendant 27 ans.
Les maisons de repos sont très courtisées par les investisseurs car elles leur assurent un revenu garanti pendant 27 ans. - D.R.

Le secteur des maisons de repos représente un marché de 6 milliards d’euros, rien qu’en Europe. En Belgique, il a généré un investissement global de plus de 300 millions en 2015. Depuis cette date record, la transparence s’est faite plus discrète sur le nombre de transactions. À côté des sociétés immobilières réglementées (SIR) et des compagnies d’assurances, grandes investisseuses dans les maisons de repos, on trouve aussi des banques mais il est difficile de savoir où elles le font et combien d’argent elles mettent sur la table.

Voilà sans doute pourquoi l’investissement global est retombé à 288 millions en 2016 et qu’il tourne, à quelques semaines de la fin d’année, autour des 100 millions pour 2017.

Si ces « établissements destinés à l’hébergement de personnes âgées de 60 ans au moins qui y ont leur résidence habituelle et y bénéficient de services collectifs familiaux, ménagers, d’aide à la vie journalière et s’il y a lieu de soins infirmiers ou paramédicaux » attirent tant la convoitise des investisseurs, c’est parce qu’ils constituent un placement d’argent sûr. On investit à long terme (27 ans), les revenus sont garantis pendant toute la période (la liste d’attente en maisons de repos est tellement longue que le taux d’occupation est maximal) et le bail oblige l’opérateur qui gère le lieu à le rénover au fil du temps.

Même s’ils sont à la baisse depuis quelques années comme dans tous les autres segments de l’immobilier, les rendements oscillent autour des 5 %. Garantis pendant 27 ans…

Mais pour qu’il y ait investisseur, il faut aussi qu’il y ait des immeubles à acheter. Les anciens se trouvent encore mais les neufs posent problème car construire une maison de repos coûte de plus en plus cher au promoteur (par lit, environ 160.000 euros) et les contraintes (normes, taille des chambres…) sont nombreuses. De plus, ce secteur est régi par un système de quotas : on ne peut construire 100 lits que si 100 autres lits disparaissent ailleurs.

Sans un assouplissement de ces quotas, l’avenir risque d’être problématique avec l’actuel « papy/mamy-boom ». Dans les 15 prochaines années, la Belgique comptera 180.000 personnes âgées supplémentaires…

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • d-20161207-GCLR69 2020-03-20 10:44:31

    Malgré le confinement, un service notarial minimum garanti

  • Même s’il fait beau dehors, c’est plutôt mauvais temps sur l’immobilier en ce moment. Les beaux jours finiront bien par revenir...

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Acheteurs, propriétaires, locataires: que faire pendant le confinement?

  • Le mouvement est parti d’une grogne envers le géant Immoweb.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le Covid-19 mobilise les agents immobiliers

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le président exhibe un graphique comparant deux courbes
: la plus sombre prédit de 1,5 à 2,2 millions de morts en cas de non-intervention, la seconde annonce de 100.000 à 240.000 morts si des mesures adéquates étaient prises. © Reuters.

    Comment le virus s’est propagé dans l’Amérique de Trump

  2. «
Voir débarquer des clients avec des masques, ça nous stresse.
»

    Grogne dans les supermarchés: «C’est nous qui sommes exposés, pas les actionnaires»

  3. ILLUSTRATIONS CORONA VIRUS HOSPITAL WEDNESDAY

    Le vrai ou faux: la Belgique est-elle le troisième pays le plus touché par le virus?

La chronique
  • «Visa pour la Flandre»: «Bart De Wever, blijf in uw kot»

    Et si on jouait à un jeu ? Quel est selon vous, le parti qui a été le plus souvent invité sur le plateau de VTM, la télévision commerciale, et très populaire de Flandre depuis fin octobre 2019 ? La N-VA ? Vous avez un point. Deuxième question : quel est l’homme politique qui y a été le plus souvent invité ? Bart De Wever ? Non, mais vous brûlez. C’est Ben Weyts, ministre de l’Enseignement, à égalité avec Jan Jambon, ministre-président, juste devant le CD&V Pieter De Crem.

    La N-VA a été en fait sur le plateau de VTM à 18 reprises et 14 de ces 18 fois – dont les 6 de Ben Weyts – se sont produites après le déménagement de VTM et son groupe Medialaan de Vilvorde à… Anvers. Après une énième prestation télévisée de Bart De Wever sur la chaîne commerciale, un Flamand facétieux tweetait : « A croire qu’on a déménagé VTM pour que le bourgmestre d’Anvers puisse y venir à pied tous les jours ». Il est vrai que la chaîne n’est pas tenue par l’équilibre politique qui régit la VRT, son concurrent public.

    Mais...

    Lire la suite

  • Coronavirus: la conversion des «imbéciles»

    La Conjuration des imbéciles » – « A Confederacy of Dunces » – est un roman de John Kennedy Toole. Epuisé par l’impossibilité de faire publier son livre, l’écrivain se suicide en 1969, à 31 ans. Mais le roman, finalement publié, connaît un immense succès : il sera couronné par le prix Pulitzer et salué comme un des plus grands classiques de la littérature humoristique américaine.

    Le titre est une référence à une citation de l’écrivain Jonathan Swift, mise en épigraphe...

    Lire la suite