Les maisons de repos sont en pleine santé

Les maisons de repos sont très courtisées par les investisseurs car elles leur assurent un revenu garanti pendant 27 ans.
Les maisons de repos sont très courtisées par les investisseurs car elles leur assurent un revenu garanti pendant 27 ans. - D.R.

Le secteur des maisons de repos représente un marché de 6 milliards d’euros, rien qu’en Europe. En Belgique, il a généré un investissement global de plus de 300 millions en 2015. Depuis cette date record, la transparence s’est faite plus discrète sur le nombre de transactions. À côté des sociétés immobilières réglementées (SIR) et des compagnies d’assurances, grandes investisseuses dans les maisons de repos, on trouve aussi des banques mais il est difficile de savoir où elles le font et combien d’argent elles mettent sur la table.

Voilà sans doute pourquoi l’investissement global est retombé à 288 millions en 2016 et qu’il tourne, à quelques semaines de la fin d’année, autour des 100 millions pour 2017.

Si ces « établissements destinés à l’hébergement de personnes âgées de 60 ans au moins qui y ont leur résidence habituelle et y bénéficient de services collectifs familiaux, ménagers, d’aide à la vie journalière et s’il y a lieu de soins infirmiers ou paramédicaux » attirent tant la convoitise des investisseurs, c’est parce qu’ils constituent un placement d’argent sûr. On investit à long terme (27 ans), les revenus sont garantis pendant toute la période (la liste d’attente en maisons de repos est tellement longue que le taux d’occupation est maximal) et le bail oblige l’opérateur qui gère le lieu à le rénover au fil du temps.

Même s’ils sont à la baisse depuis quelques années comme dans tous les autres segments de l’immobilier, les rendements oscillent autour des 5 %. Garantis pendant 27 ans…

Mais pour qu’il y ait investisseur, il faut aussi qu’il y ait des immeubles à acheter. Les anciens se trouvent encore mais les neufs posent problème car construire une maison de repos coûte de plus en plus cher au promoteur (par lit, environ 160.000 euros) et les contraintes (normes, taille des chambres…) sont nombreuses. De plus, ce secteur est régi par un système de quotas : on ne peut construire 100 lits que si 100 autres lits disparaissent ailleurs.

Sans un assouplissement de ces quotas, l’avenir risque d’être problématique avec l’actuel « papy/mamy-boom ». Dans les 15 prochaines années, la Belgique comptera 180.000 personnes âgées supplémentaires…

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. d-20180119-3K4JUR 2020-01-14 13:15:56

    Pensions: statu quo sur la Grapa?

  3. belgaimage-161310454-full

    Lettre ouverte au Roi: le temps est venu d’être créatif

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • L’imagination ne suffira pas pour reconstruire l’école francophone

    Note méthodologique concernant les bâtiments scolaires… Ces 22 pages, validées fin de semaine dernière par le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, disent les doutes d’un quintet de ministres face aux toitures qui prennent l’eau, aux murs bourrés d’amiante, aux équipements techniques obsolètes et aux factures énergétiques générées par des infrastructures datant d’une époque où le gasoil de chauffage valait moins de 10 centimes d’euros. Les doutes d’une équipe ministérielle devant un parc immobilier indigne d’une école...

    Lire la suite