Les maisons de repos sont en pleine santé

Les maisons de repos sont très courtisées par les investisseurs car elles leur assurent un revenu garanti pendant 27 ans.
Les maisons de repos sont très courtisées par les investisseurs car elles leur assurent un revenu garanti pendant 27 ans. - D.R.

Le secteur des maisons de repos représente un marché de 6 milliards d’euros, rien qu’en Europe. En Belgique, il a généré un investissement global de plus de 300 millions en 2015. Depuis cette date record, la transparence s’est faite plus discrète sur le nombre de transactions. À côté des sociétés immobilières réglementées (SIR) et des compagnies d’assurances, grandes investisseuses dans les maisons de repos, on trouve aussi des banques mais il est difficile de savoir où elles le font et combien d’argent elles mettent sur la table.

Voilà sans doute pourquoi l’investissement global est retombé à 288 millions en 2016 et qu’il tourne, à quelques semaines de la fin d’année, autour des 100 millions pour 2017.

Si ces « établissements destinés à l’hébergement de personnes âgées de 60 ans au moins qui y ont leur résidence habituelle et y bénéficient de services collectifs familiaux, ménagers, d’aide à la vie journalière et s’il y a lieu de soins infirmiers ou paramédicaux » attirent tant la convoitise des investisseurs, c’est parce qu’ils constituent un placement d’argent sûr. On investit à long terme (27 ans), les revenus sont garantis pendant toute la période (la liste d’attente en maisons de repos est tellement longue que le taux d’occupation est maximal) et le bail oblige l’opérateur qui gère le lieu à le rénover au fil du temps.

Même s’ils sont à la baisse depuis quelques années comme dans tous les autres segments de l’immobilier, les rendements oscillent autour des 5 %. Garantis pendant 27 ans…

Mais pour qu’il y ait investisseur, il faut aussi qu’il y ait des immeubles à acheter. Les anciens se trouvent encore mais les neufs posent problème car construire une maison de repos coûte de plus en plus cher au promoteur (par lit, environ 160.000 euros) et les contraintes (normes, taille des chambres…) sont nombreuses. De plus, ce secteur est régi par un système de quotas : on ne peut construire 100 lits que si 100 autres lits disparaissent ailleurs.

Sans un assouplissement de ces quotas, l’avenir risque d’être problématique avec l’actuel « papy/mamy-boom ». Dans les 15 prochaines années, la Belgique comptera 180.000 personnes âgées supplémentaires…

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur la chaussée de Haecht, épicentre de la communauté belgo-turque de Bruxelles, on affiche aux les couleurs du drapeau.

    Saint-Josse: en «petite Anatolie», la déloyauté à Ankara reste un risque à prendre

  2. Le port du masque est désormais obligatoire pour chaque activité extérieure - ici, un vendeur de poissons et de tortues à Wuhan.

    Coronavirus: «On doit être vigilants, mais pas inquiets»

  3. «
Entre les peshmergas (photo) et l’armée irakienne, l’Etat islamique. Qui est en train de se réorganiser.
»

    Tels des ours sauvages dans les tanières de l’Etat islamique en Irak

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite