Accueil Monde Proche-Orient

Dans la vieille ville de Jérusalem, l’annonce de Donald Trump résigne et révolte

L’annonce par Donald Trump que les États-Unis reconnaissaient désormais Jérusalem comme capitale d’Israël suscite des réactions en sens divers sur place. Reportage.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Depuis Jérusalem

Au-dessus de la vieille ville de Jérusalem, le ciel est lourd et chargé comme un jour gris de décembre. Ariella traverse la bruine en pressant le pas, sous l’arche en pierre de la Porte de Jaffa, l’une des entrées de l’enceinte fortifiée. Elle a la jupe longue des juives religieuses, qui couvre encore un pantalon. Direction le « Kotel », le mur des lamentations, à quelques minutes d’ici. La jeune femme possède les nationalités israélienne et américaine, et elle est ravie que les deux diplomaties s’alignent. « Enfin la vérité ! s’exclame-t-elle avec un sourire éclatant. Ça n’est même pas une question pour moi : Jérusalem c’est la capitale d’Israël, capitale du peuple juif, c’est simplement un fait ! Je ne comprends pas pourquoi tous ces pays arabes donnent leurs avis là dessus et tentent de nous dicter leurs choix, c’est n’importe quoi. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Alain Kupferman, jeudi 7 décembre 2017, 7:10

    Il ne faut quand même pas oublier que les liens du peuple juif avec Jérusalem datent d'il y a 3000 ans et plus, il ne faut pas oublier non plus que quand la Jordanie occupait (illégalement) la Cisjordanie et Jérusalem-Est, les lieux sacrés juifs ont été en partie profanés et les Juifs n'avaient pas le droit de venir prier au Mur des lamentations. On peut être ou ne pas être d'accord avec les décisions de Donald Trump, mais il ne faut quand même pas non plus oublier une partie de l'histoire et n'entendre que le point de vue musulman, qui nie toute présence juive dans toute la Palestine !

  • Posté par Malghem Jacques, jeudi 7 décembre 2017, 2:42

    ... et comme d'habitude, Didier Reynders dira que la Belgique est préoccupée par cette décision ... MAIS QUAND LES PARTIS POLITIQUES EUROPEENS REAGIRONT-ILS AVEC DES ACTES ? Le boycot de l'Afrique du sud contre l'apartheid a mis longtemps mais a fini par jouer un rôle efficace. A quand celui du régime israélien qui foule aux pieds la dignité du peuple palestinien?

  • Posté par Van Steen Willy, mercredi 6 décembre 2017, 20:30

    Si ça n'est pas de l'ingérence, c'est quoi? Ce Trump risque avec sa ploitique étrangère de mettre le feu à la planète! Sa politique? C'est uniquement pour les riches et rien que pour eux! La diaspora juive exulte, et on s'étonnera de la remontée de l'antisémitisme! On fait tout pour!

  • Posté par Even Philippe, mercredi 6 décembre 2017, 19:53

    Cela ne va pas aider a régler le problème et comme le gouvernement Israélien fait tout pour grignoter le territoire de Cisjordanie avec ces colonies au point que pour finir, ils pourront dire : "quel territoire pour les palestiniens ? .. il n'y en a plus " ... pas demain la veille qu'il y aura une solution pour un accord de paix ...

  • Posté par Gisèle Gits, mercredi 6 décembre 2017, 19:44

    Et quand les Palestiniens se révolteront -a juste titre - il se trouvera des abrutis pour les traiter de terroristes. On croit cauchemarder mais non, ce n'est que l'odieuse réalité !

Plus de commentaires

Aussi en Proche-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs