Accueil Opinions

David Van Reybouck: «Une frontière, ce n’est ni un bien, ni un mal, c’est une tragédie»

L’écrivain belge David Van Reynbrouck a reçu le Prix du Livre européen pour son roman « Zinc » (Actes Sud). Il y raconte l’histoire d’Emile, né neutre dans un le territoire de Moresnet mais confronté aux absurdités des mouvements des frontières qui le font participer à l’occupation belge sous l’uniforme allemand et à l’occupation allemande sous l’uniforme belge. Une tranche d’histoire de Belgique, d’Europe et de frontières.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 5 min

Connaissez-vous Moresnet-Neutre, ce tout petit territoire, longtemps lié à l’exploitation du zinc, qui a changé de multiples fois de statut – neutre, allemand, belge – sous l’effet des guerres, des intérêts économiques et des envahisseurs ? C’est l’histoire de ce bout de terre aujourd’hui belge, racontée à travers le destin d’Emile Rixen, un enfant né « neutre » qui vaut à l’écrivain David Van Reybrouck, le Prix du Livre européen, catégorie roman.

Comment vous est venue l’idée de raconter l’histoire de cet Emile, « 11 enfants, 5 nationalités, deux identités différentes » ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs