Le plan métropole du MR liégeois

Fabian Culot. © Dominique Duchesnes.
Fabian Culot. © Dominique Duchesnes. - Duchesnes

Les élections provinciales de 2018 sont-elles les dernières pour la circonscription de Liège ? « Nous nous donnons six ans maximum pour faire aboutir le projet de Liège Métropole qui, à terme, doit, selon nous, remplacer le conseil provincial par un conseil de Liège métropole où siégeraient 56 représentants des communes », déclare Daniel Bacquelaine, ministre fédéral et président de la fédération provinciale du MR.

Piloté par le conseiller libéral serésien Fabian Culot et présenté ce jeudi à la presse, le plan métropole du MR entérine effectivement la suppression de la Province, de son conseil et collège pour remplacer le tout par un conseil de Liège Métropole. « Si un consensus politique se faisait pour maintenir l’élection directe, alors nous opterions pour une formule qui prévoit la moitié d’élus directs et l’autre composée de bourgmestres ou échevins désignés par les conférences d’arrondissement », explique Fabian Culot.

Avec ce plan, le MR veut dépasser le stade actuel des « bonnes volontés  » en matière de supracommunalité et apporter sa contribution à une réflexion liégeoise – au sens provincial. « Nous voulons que le développement de la supracommunalité apporte un meilleur service au citoyen par une rationalisation ou une simplification des structures de décision », déclare Daniel Bacquelaine. Voici les principales mesures proposées.

Quatre pôles au lieu de 26 intercommunales. Le MR entend rassembler les grosses intercommunales dans quatre pôles : Environnement (Intradel, Aide et Cile, si elle n’est pas intégrée à un pôle wallon de l’eau), Energie (Publifin, Finest et Finimo), Santé (les intercos hospitalières et maison de repos et de soins) et Économie (Ecetia et Spi). Il n’y aurait plus que quatre conseils d’administration (ceux des pôles), les intercos devenant des SA de droit public avec une seule structure opérationnelle.

Mises en concession. Certaines petites intercommunales seraient maintenues en tant que telles, d’autres seraient « mises en concession » comme les abattoirs de Liège, la Foire de Liège et le Palais des Congrès ou encore Neomansio, l’intercommunale qui gère des crématoriums.

Une seule zone de secours. Toujours dans une optique de rationalisation, les libéraux proposent de regrouper les six zones de secours actuelles dans une seule, toujours à l’échelon de la province.

Rôle de Liège Métropole. Active à l’échelle de la province, la nouvelle entité serait dirigée par des élus locaux, plus particulièrement des bourgmestres avec des compétences en partie héritées de la Province (tourisme, loisirs…) mais aussi des nouvelles comme le développement territorial, la mobilité ou l’intégration du concept de « Smart City ». Tout cela, selon le MR, pour un meilleur équilibrage entre communes, autant urbaines que rurales. Un exemple ? Le même calcul pour la taxe relative à la gestion des déchets.

« Ces propositions ne sont pas clivantes », affirme Fabian Culot qui se veut rassurant pour le personnel provincial. Les compétences seraient soit intégrées dans Liège Métropole, soit confiées à d’autres niveaux de pouvoir. Tout dépend des décisions qui seront prises par la Région dans la redistribution des compétences provinciales.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTS325FA

    Le coronavirus en 15 questions

  2. Ce lundi, le Roi a reçu Maxime Prévot (CDH), Meyrem Almaci (Groen) puis Bart De Wever (N-VA). © Belga.

    Négociations fédérales: l’option des gouvernements «Canada dry»

  3. Ne pas consulter le médecin ou le dentiste peut conduire à un surcoût, pour le patient comme pour le système de soins de santé.

    Un Belge sur 20 ne va pas chez le médecin et se met en danger

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: la Belgique en plein «catch 22»

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite