Manifestation catalane à Bruxelles: Puigdemont appelle l’Europe à faire preuve de courage

Edition numérique des abonnés

C’est un Carles Puigdemont manifestement satisfait qui s’est exprimé jeudi après-midi à l’issue de la manifestation qui a mobilisé 45.000 Catalans dans les rues de Bruxelles. Le président destitué de la Catalogne a remercié ses compatriotes ainsi que la police bruxelloise qui a encadré l’événement.

Avec 45.000 participants, la manifestation qui s’est déroulée ce jeudi à Bruxelles est «l’une des plus grandes démonstrations depuis des années» dans la capitale belge, s’est félicitée l’Assemblée nationale catalane (ANC).

Carles Puigdemont, large écharpe jaune autour du cou, était manifestement satisfait de l’affluence. Il a remercié la foule en catalan et a également dit «merci» aux services d’ordre bruxellois.

«L’Europe ne doit pas avoir peur de défendre les valeurs démocratiques fondamentales», a-t-il déclaré, combatif. «La Catalogne veut poursuivre sous la forme d’un pays démocratique. Nous continuerons à y oeuvrer pacifiquement ici au coeur de l’Europe

Les images de la manifestation des indépendantistes catalans à Bruxelles

M. Puigdemont a terminé son discours pas un message à l’adresse du Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, qualifié d’ennemi. «Une démonstration de cette ampleur pour défendre des criminels?», a-t-il interpellé, alors que plusieurs ex-leaders catalans sont en prison. «Non. Ces gens ne viennent pas en masse dans les rues pour défendre des criminels. Ce sont des démocrates.»

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Avec son ASBL Trans-ition, Samantha mène des actions citoyennes pour intégrer les personnes transgenres.

    Par Sophie Mignon

    Bruxelles

    Elle offre de sa poche 1.000 repas de Noël aux plus démunis

  • D’ici dix ans, Agora voudrait que le tirage au sort soit inscrit dans la Constitution comme «
un des piliers de notre démocratie
».

    Par Sophie Mignon

    Bruxelles

    Pour une assemblée politique tirée au sort

  • Pour Rudi Vervoort, le ministre-président bruxellois, «
il est indispensable que nous ayons, entre partis, une vraie réflexion sur la gouvernance. Le citoyen attend de nous une cohérence dans la gestion de Bruxelles
». © Sylvain Piraux.

    Les Bruxellois ne veulent pas d’une fusion des communes

 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les dirigeants européens ont observé une minute de silence en mémoire des victimes de la fusillade de Strasbourg, ce jeudi à l’ouverture du sommet de Bruxelles.

    Pour Charles Michel, Brexit et crise belge, même combat!

  2. Pour Rudi Vervoort, le ministre-président bruxellois, «
il est indispensable que nous ayons, entre partis, une vraie réflexion sur la gouvernance. Le citoyen attend de nous une cohérence dans la gestion de Bruxelles
». © Sylvain Piraux.

    Les Bruxellois ne veulent pas d’une fusion des communes

  3. © Belga

    Une performance historique des hockeyeurs belges

Chroniques
  • Lettre du Brexit: un processus digne d’un sketch des Monty Python

    Par Marc Roche

    Dans un sketch des Monthy Python, Michael Palin déclare : «  le monde est un endroit absurde et ridicule  ». Quel rapport y a-t-il entre ce gag et le vote de défiance interne au parti conservateur, remporté avec une majorité plus courte que prévu, par la Première ministre, Theresa May ?

    A priori, aucun. Quoique, comme l’indique l’hebdomadaire The Economist, «  depuis le référendum, la nation sage, pragmatique, terre à terre et fondamentalement sensible ressemble à un membre de la famille devenu dingue  ».

    Jugez plutôt. Même si elle est sortie indemne du scrutin de tous les dangers, qu’elle ne peut pas être renversée pendant un an, l’autorité de Theresa May est plus que jamais fragile. Le Parlement ressemble à une serre portée à haute température où s’exacerbent les rancœurs, les jalousies et les...

    Lire la suite

  • Theresa May sauvée, rien n’est réglé

    Theresa May a donc sauvé sa place de Première ministre, dans cet exercice démocratique si particulier aux Britanniques d’un vote de défiance interne au parti Tory, déclenché par ses propres députés.

    Theresa May sauvée, rien n’est réglé pour autant dans cet enjeu presque existentiel pour son pays qu’est le Brexit. Pour convaincre une majorité de ses députés – plutôt faible car privée d’un tiers des troupes – la dirigeante conservatrice a dû promettre qu’elle s’effacerait une fois le Brexit réalisé et...

    Lire la suite