Accueil

«Sans voiture à la campagne, tu ne peux rien faire»

Très bien située géographiquement, la commune de Grez-Doiceau n’échappe pas aux bouchons. Bruxelles est à moins de 30 kilomètres mais il faut plus d’une heure, minimum, pour rejoindre la capitale en voiture. Et en transport en commun, ce n’est pas plus facile.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 5 min

Gare de Gastuche, petit hameau de la commune de Grez-Doiceau. L’après-midi s’achève sous une pluie fine et désagréable. L’endroit est désert. Seule la sonnerie du passage à niveau vient troubler la quiétude toutes les quinze minutes. Les trains viennent d’Ottignies d’un côté, de Louvain (Leuven) de l’autre. Ils desservent trois villages de la commune.

Une poignée d’écoliers sortent du train à toute vitesse. On interpelle un homme souriant, sacoche en bandoulière et bonnet vissé sur la tête. Alex est un navetteur philosophe. «  C’est impossible de rouler à Bruxelles actuellement. Les parkings de dissuasion comme Delta sont bondés. À 6 heures du matin, il n’y a plus de place. C’est vraiment un point négatif quand on habite ici. Il faut s’organiser pour aller à Bruxelles.  »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs