Grand Baromètre: le CDH au plus bas à Bruxelles et en Wallonie

Edition numérique des abonnés

Le CDH a beau dire que les sondages «  grincheux  » lui prédisent généralement des résultats moins bons que ce que les électeurs ne leur attribuent in fine, et que donc, il ne faut pas trop s’en préoccuper, notre Grand Baromètre fera mal aux humanistes.

Edition numérique des abonnés

Le plus mauvais score du CDH à Bruxelles

A Bruxelles, ceux-ci atteignent à peine le seuil électoral : 5 % ! Leur plus mauvais score depuis trois ans et demi. Devant le CDH, ce n’est pas compliqué : on trouve tous les autres partis francophones (sauf le PP qui ne décolle pas). A commencer par le PS, qui vire en tête après avoir risqué l’embardée que l’on sait, et repasse devant le MR (qui se tasse), Défi (qui fait mieux qu’aux élections, mais moins bien que notre sondage de septembre), Ecolo (en progrès en douceur), et le PTB (loin de sa performance wallonne). A un an des communales, un an et demi des législatives et régionales, tout cela reste très fragile.

Les plus populaires à Bruxelles ? Olivier Maingain, devant Paul Magnette, devant Didier Reynders (ex aequo avec Charles Michel, qui recueille un peu moins d’opinions favorables).

PS et PTB au coude à coude en Wallonie

Entre PS et PTB, il n’y a plus que la marge d’erreur. Mais la prudence s’impose (ceci est juste un sondage), mais la tendance également. D’autant plus inquiétante pour le PS, et encourageante pour le PTB, que cette nouvelle livraison d’intentions de vote intervient alors que le parti d’Elio Di Rupo s’est beaucoup manifesté – on pense au «Chantier des idées», le 26 novembre à Liège – et que celui de Peter Mertens (ou Raoul Hedebouw) a très peu fait parler de lui. Au fait l’extrême gauche, ou gauche radicale, ou gauche protestataire, qui menace la gauche réformiste : le phénomène est européen, la Wallonie est dans la norme.

En attendant, le MR confirme : installés à l’Elysette, les bleus le sont aussi en tête du classement en Wallonie. Derrière, Ecolo fait mieux qu’aux élections de 2014 mais moins bien que dans notre sondage de septembre. Le CDH se traîne. Défi passe la barre des 5 %.

Popularité ? Paul Magnette, Olivier Maingain et Didier Reynders (ex aequo avec Elio Di Rupo, devancé légèrement en termes d’opinions favorables) arrivent en tête.

La N-VA domine sans partage en Flandre

En Flandre, la domination de la N-VA ne se dément pas, selon Grand Baromètre Ipsos – Le Soir – RTL – VTM et Het Laatste Nieuws de ce mois de décembre. Le parti de Bart De Wever tutoie toujours les 30 % (29,5). Et son premier poursuivant, le CD&V doit se contenter de moins de la moitié : 14,1 %. Suivent Groen (13,2 %), le VLD (12,2 %) et le SP.A (10,9 %). A noter aussi la remontée spectaculaire du Vlaams Belang. Le parti d’extrême droite passe de 7,9 % lors de notre sondage de septembre à 10,4 % actuellement.

Les résultats de notre sondage indiquent que, derrière la N-VA, pas moins de cinq partis se trouvent dans un mouchoir de poche de 4 % des intentions de votes (à relativiser évidemment par la marge d’erreur).

Enfin, les graphiques sont très éloquents s’agissant de l’insuccès du PTB en Flandre. Malgré l’envoi de Raoul Hedebouw comme porte-parole du parti au Nord, les résultats ne connaissent pas de hausses aussi spectaculaires qu’en Wallonie et à Bruxelles. En Flandre, le PTB pèse 5,5 %.

Le top trois des personnalités flamandes reflète assez bien les intentions de vote globales. Bart De Wever trône au sommet du classement, en reprenant la première place à Theo Francken. Sa reconduction très récente à la tête du parti a pu jouer. Theo Francken occupe désormais la deuxième place, devant Charles Michel (MR).

Méthodologie

Cette vague de 2.546 répondants, formant des échantillons représentatifs des Belges de 18 ans et plus à raison de 999 en Wallonie, 995 en Flandre et 552 dans les 19 communes de la Région Bruxelles-Capitale, a été réalisée du 27 novembre au 4 décembre 2017. Les interviews ont eu lieu en ligne. La marge d’erreur maximale, pour un pourcentage de 50 % et un taux de confiance de 95 % est de +- 3,1 en Wallonie, +- 3,1 en Flandre et de +- – 4,2 à Bruxelles.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HAZARDVERT4

    Football Leaks: le juteux business d’Eden Hazard

  2. Bart De Wever, président de la N-VA et Charles Michel restent en opposition sur le pacte migratoire.

    Pourquoi Bart De Wever s’obstine à dénoncer le pacte migratoire

  3. Total Belgique, leader du marché belge, compte environ 230
stations-service en Wallonie, dont une soixantaine sont en situation de rupture de stock.

    Gilets jaunes: les pétroliers craignent pour la sécurité des dépôts

Chroniques
  • Quel sera le nouveau mot de l’année?

    Quel sera le « nouveau mot de l’année » 2018 ? L’an dernier, c’est « Fake news » qui avait emporté les suffrages des lecteurs du Soir. Lequel lui succédera ?

    Pas de changement pour ce quatrième millésime de l’opération menée par Le Soir et l’UCL. La formule reste la même. Et l’objectif aussi : il s’agit toujours, en s’appuyant sur les propositions du grand public, de faire émerger le mot ou la locution qui a connu une diffusion significative en 2018 et que l’on ne trouve pas encore dans l’édition la plus récente des dictionnaires usuels du français tels que le Petit Robert ou le Larousse.

    Concrètement : la première phase est lancée ce mercredi. Il s’agit de recueillir les propositions des lecteurs du Soir via notre site internet. C’est important : le mot ou la locution que vous soumettrez doit être accompagné d’une (courte) définition. Il est possible de soumettre des propositions de néologismes jusqu’au 30 novembre.

    En...

    Lire la suite

  • Le «footbelgate», labo judiciaire

    L’affaire du Footbelgate sera aussi un laboratoire judiciaire. L’accès au statut de repenti de l’agent de joueurs Dejan Veljkovic, avec lequel le parquet fédéral a signé un mémorandum prévoyant une peine de 5 ans de prison avec sursis et 80.000 euros d’amende en échange d’informations « substantielles, révélatrices et complètes », jusqu’alors inconnues de la justice, est une première en Belgique depuis l’adoption de la loi sur les repentis publiée au Moniteur belge le 7 août dernier....

    Lire la suite