Accueil Opinions Chroniques Vous avez de ces mots

S’ensuivre ou s’en suivre ?

Il s’est ensuivi, il s’en est ensuivi, il s’en est suivi : vous me suivez ? La chronique de Michel Francart.

Chronique - Temps de lecture: 5 min

Faut-il écrire s’ensuivre , en deux mots, ou s’en suivre , en trois mots ? L’histoire du verbe s’ensuivre « découler, résulter », qui n’est pas un dérivé de suivre , ne laisse planer aucun doute : il n’y a pas de raison de dissocier s’en de suivre.

L’usage actuel, déjà attesté chez les meilleurs auteurs du 19e siècle, n’a cure de ces considérations étymologiques : s’en suivre s’y est imposé. En particulier aux temps composés, où il s’en est suivi est souvent préféré à il s’est ensuivi.

On peut voir dans ces emplois l’influence de verbes comme s’en aller, s’en venir , ou l’intention d’isoler un en pronominal qui n’apparaît pas dans s’ensuivre. À moins qu’il ne s’agisse d’un pied de nez aux diktats puristes et à tout ce qui s’ensuit…

Postscriptum 1

Sollicitée à plusieurs reprises au sujet de la différence entre s’ensuivre et s’en suivre , cette chronique ne pouvait laisser l’affaire sans suite. À l’oral, le problème est limité, puisque l’homophonie ne touche que l’infinitif et les temps simples de ce verbe conjugué à la seule troisième personne : il s’ensuit se prononce comme il s’en suit  ; il s’ensuivait comme il s’en suivait , etc. Par contre, aux temps composés, la différence saute aux yeux − et plus encore aux oreilles. Faut-il préférer il s’est ensuivi qu’elle a refusé ou il s’en est suivi qu’elle a refusé  ? Il s’était ensuivi une querelle mémorable ou il s’en était suivi une querelle mémorable  ?

Dans la ligne de nombreux grammairiens, l’Académie française, sur ce sujet comme sur bien d’autres, défend une opinion tranchée : seul il s’est ensuivi est correct. La raison invoquée est que le verbe pronominal se suivre ne peut se construire avec un complément : plutôt que * il se suit de cette remarque que…, on dira il suit de cette remarque que… Il y a donc lieu, dans la foulée, de préférer il s’ensuit à il s’en suit. Cet argument syntaxique (presque) imparable n’empêche pas de nombreux francophones d’analyser s’ensuivre comme l’association de s'en et du verbe suivre , sur le modèle de verbes de mouvement comme s’en aller, s’en retourner, s’en venir , etc.

Mais pourquoi s’ensuivre ne suit-il pas ce modèle ? La réponse est à trouver dans l’histoire du mot. En ancien français, de nombreux verbes de mouvement pouvaient s’employer avec s’en . Certains (s’en monter, s’en partir) ont disparu de nos jours ; d’autres (s’en aller) se sont maintenus ; d’autres encore ont connu à des dates diverses l’agglutination du s’en au verbe : s’en fuir (en trois mots) est devenu s’enfuir (en deux mots) ; s’en voler s’écrit aujourd’hui s’envoler.

Étymologiquement parlant, s’ensuivre diffère des verbes précités. Il n’est pas une combinaison du verbe suivre et de s’en, mais le produit de l’évolution du latin populaire º insequere « venir immédiatement après ». Nombre de francophones ignorent cette origine et, sur le modèle de s’en aller, écrivent s’en suivre, il s’en suit, il s’en est suivi . Comme si, raillent certains censeurs, on écrivait il s’en fuit, il s’en est fui .

Postscriptum 2

Dans certains verbes où le s’en est agglutiné au radical, comme s’enfuir ou senvoler , la valeur pronominale du en s’est estompée. C’est pourquoi il est possible, sans qu’il n’y ait de redondance, de leur associer un complément introduit par la préposition de ou même un second en représentant ce type de complément : elle s’est enfuie de la maison  ; elle s’en est enfuie  ; il s’est envolé du nid  ; il s’en est envolé.

La même latitude existe avec s’ensuivre , qui peut s’accommoder d’un complément prépositionnel avec de  : ce qui s’ensuivra de cette décision va nous nuire  ; un débat houleux s’est ensuivi de cette intervention . L’emploi d’un second en est aussi possible, même si cet usage est peu fréquent : ce qui va s’en ensuivre ne peut vous laisser indifférent  ; il s’en ensuit qu’une clarification est indispensable  ; il s’en ensuivra un climat délétère .

La répétition du en dans s’en ensuivre peut être considérée par certains comme peu harmonieuse, mais cet argument est toujours à prendre avec des pincettes : la même réserve ne semble pas peser sur s’en emparer ou s’en embarrasse r. Toujours est-il qu’aux temps composés, lorsque le verbe être s’intercale, le double en est plus volontiers accepté, même si cette construction est rare elle aussi : les évènements qui s’en sont ensuivis ; les discussions qui s’en sont ensuivies.

Postscriptum 3

Il reste que beaucoup de francophones préfèrent éviter ce double en , construction qui leur apparaît sans doute comme redondante. D’où de nombreux énoncés où s’ensuivre n’est pas accompagné du complément exprimant le point de départ de l’action, ni de la reprise pronominale de celui-ci par en  : les discussions s’éternisèrent et il s’ensuivit (plutôt que s’en ensuivit ) un regain de tension  ; si la situation perdure, ce qui s’ensuivra (plutôt que s’en ensuivra) aura des conséquences dramatiques.

Une autre solution consiste à maintenir un en distinct du verbe, comme reprise pronominale d’un complément en de . D’où l’emploi de s’en suivre en trois mots : l’échec sera complet et il s’en suivra une immense déception  ; son discours enflamma l’auditoire et l’enthousiasme qui s’en suivit gagna toute la population  ; l’affaire conclue, il s’en est suivi une embellie dans leurs relations. Cette possibilité est fréquemment observée dans les temps composés, ce qui amène certains, faisant fi de la cohérence grammaticale, à accepter il s’en est suivi , alors qu’ils condamnent il s’en suit.

Si s’ensuivre s’impose du point de vue de l’étymologie, son homophone s’en suivre a donc quelques arguments à faire valoir. Dont le moindre n’est pas qu’il est employé par des auteurs comme Aymé, Balzac, Flaubert, Rolland, Sand, Zola et bien d’autres cités par le Bon usage (16e édition, 2016, § 681 a 2). Même le Petit Robert (2018) l’avalise, en glosant «  il s’ est ensuiv i que  » (marqué « vieux ») par « il s’en est suivi que ». L’usage a ses raisons que la raison ne connaît pas toujours…

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Engel Vincent, dimanche 10 décembre 2017, 9:42

    Excellent, comme toujours, sauf l'horrible faute dans le nom de l'auteur… Espérons qu'il ne s'ensuivra pas une colère au (fran)card de tour ;-)

  • Posté par Francard Michel, dimanche 10 décembre 2017, 10:09

    Je me demande, en effet, qui est ce Michel Francart avec lequel on me confond régulièrement... Serions-nous les Dupond/Dupont vespéraux ? ;-)

Aussi en Vous avez de ces mots...

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une