«Nous n’avons pas affiché la combativité adéquate à Beveren»

Pocognoli a tout donné mais Waasland/Beveren l’a emporté.
Pocognoli a tout donné mais Waasland/Beveren l’a emporté. - Belga

Tout le monde sera d’accord sur deux faits de match importants à savoir l’oubli de la carte rouge pour une faute très dangereuse sur Uche Agbo ainsi que l’octroi du coup de coin imaginaire à la base du retour en grâce de Waasland/Beveren. Deux moments qui ont lancé les troupes de Philippe Clément même si, sur la base du second acte, les Rouches ne méritaient rien d’autre qu’une défaite…

« On savait que nous devrions combattre une équipe très forte et compacte », soufflait Isaac Kiese Thelin à la sortie des vestiaires. « Pourtant, je n’ai rien vu de tel contre nous. J’ai été surpris de l’espace dont je disposais alors que, d’ordinaire, la défense du Standard se veut intraitable. Sur certaines phases, mes partenaires n’avaient qu’à me céder calmement le ballon pour que je sois totalement esseulé. C’est bizarre… »

Une réflexion qui sera corroborée par les supporters liégeois, médusés par la prestation de leurs idoles. Celles-ci, impuissantes face à la frivolité adverse, ne sont jamais parvenues à reproduire les récitals joués du côté de Genk mais surtout à Anderlecht en Coupe de Belgique. « C’est triste à dire mais Beveren a mieux joué que nous », s’attristait Sébastien Pocognoli au coup de sifflet final. « Normalement, nous sommes une phalange qui se bat sur chaque ballon mais cette fois, nous n’avons pas retrouvé cet état d’esprit. Et quand le cœur ne suit pas, nous ne pouvons rien revendiquer… »

Une passion qui, d’ordinaire, est transmise par Ricardo Sa Pinto. Son absence en bord de terrain peut-elle justifier les manquements liégeois ? « Nous voulions sortir une grosse prestation pour lui car il ne mérite pas sa suspension. Il nous a manqué, c’est clair mais nous avons laissé filer la rencontre. Physiquement, nous sommes bien mais l’organisation n’était pas comme d’habitude. On a perdu beaucoup de ballons, de quoi nous obliger à dépenser énormément d’énergie pour retrouver la possession. On n’a pas eu suffisamment de possibilités et on doit accepter le revers ». Des mots qui ne souffrent d’aucune équivoque et qui se veulent en parfaite adéquation avec la réalité. Une implacable situation qui voit le Standard afficher un mièvre bilan de cinq points sur douze… « On doit travailler, ne pas se cacher derrière des excuses et se relancer au plus vite ».

Ces mots, sortis de la bouche du capitaine des Rouches, ont été maintes fois entendus depuis l’entame de la saison. Que manque-t-il aux Liégeois pour décrocher leur place dans le top 6 ? De la régularité, un brin de consistance dans le jeu et, il faut bien le reconnaître, une logique dans les décisions arbitrales. Si Waasland/Beveren avait été réduit à dix peu avant le quart d’heure, l’issue des débats aurait sûrement été toute autre… « Sûrement mais l’arbitre a pris sa décision », glissait Isaac Kiese Thelin, auteur de sa neuvième rose en championnat et ce, après quatre sorties frappées de mutisme. « Cela me fait du bien car la confiance est de retour. Je n’ai jamais douté même si, forcément, cela fait du bien de marquer. Nous voulions prendre notre revanche par rapport au match vécu à Sclessin et je pense que nous avons répondu aux attentes. Plus les minutes défilaient et plus nous étions maîtres du ballon. On a réalisé un gros match mais ce n’est pas suffisant, on se doit d’être le plus exigeant possible ».

Une conclusion qui vaut également au bord de Meuse, contraint à l’exploit sur la pelouse d’Ostende en Coupe pour ne pas perdre l’un des objectifs de la saison…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous