Accueil Monde Proche-Orient

L’exécution du professeur de la VUB condamné à la peine capitale en Iran «semble inévitable»

L’avocat du professeur Ahmadreza Djalali n’a pas fait appel auprès de la Cour Suprême iranienne.

Temps de lecture: 1 min

L’avocat du professeur Ahmadreza Djalali, condamné à mort à Téhéran, n’ayant pas fait appel auprès de la Cour Suprême iranienne, son exécution «semble inévitable», indique dimanche la VUB sur base de propos de son épouse. L’université appelle les politiciens, diplomates, scientifiques et autres citoyens à prendre fermement position contre cette situation. Une manifestation à l’initiative d’Amnesty International aura lieu jeudi à 18h devant l’ambassade iranienne à Bruxelles.

Soupçon de connivence

Depuis avril 2016, le professeur irano-suédois Ahmadreza Djalali - également actif à la VUB dans le domaine de la médecine de catastrophe - est détenu à Téhéran. Le mois dernier - après 19 mois d’emprisonnement - il a fait appel contre sa condamnation à mort prononcée le 21 octobre 2017.

Cet appel devait être introduit dans les trois semaines, mais il semble qu’il ne soit jamais parvenu à la Cour Suprême. «La seule explication de cette erreur légale est que le soi-disant avocat d’Ahmadreza est de connivence avec le juge Salavati du Tribunal révolutionnaire iranien, qui a condamné le Dr. Djalali à la peine de mort après torture physique et psychologique, et sans procès équitable ou public», commente le professeur Gerlant van Berlaer de l’UZ Brussel.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

  • Posté par Delvaux Joelle, lundi 11 décembre 2017, 16:16

    Pour quelle raison cet homme a t'il mérité cette condamnation ? L'article ne le dit pas

  • Posté par Brajbart Sara, lundi 11 décembre 2017, 15:27

    Les ayotallahs, ces dictateurs sanguinaires, auxquels l'Europe, avide de contrats - money, money - fait des yeux doux, devraient être traduits devant la Cour pénale internationale (CPI)

  • Posté par Rebts Jean-Louis, lundi 11 décembre 2017, 13:34

    Pendre un professeur d'université, un docteur en médecine de catastrophe; voilà qui nous prouve bien que l'on ne saura jamais faire quoi que ce soit de constructif avec ces ânes bâtés de barbus Islamique.

  • Posté par Rebts Jean-Louis, lundi 11 décembre 2017, 13:42

    Sur ce, il en est de même avec la plupart des autres religions...( Non inclue les courants de pensée, généralement beaucoup plus ouverts sur les sciences)

  • Posté par Roland MARTIN, lundi 11 décembre 2017, 9:53

    Le vrai visage des autorités iraniennes refait surface .

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Proche-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une