Le Recyclart pourrait fermer ses portes

Le centre culturel pourrait être amené à déménager si les normes de sécurité incendie ne sont pas  rencontrées.
Le centre culturel pourrait être amené à déménager si les normes de sécurité incendie ne sont pas rencontrées. - Dominique Duchesnes

Le Recyclart, qui occupe les locaux de la gare de la Chapelle à Bruxelles, serait contraint de quitter les lieux d’ici à la fin de l’année en raison de la non-conformité aux nouvelles normes de sécurité incendie selon Bruzz. Mais autant Infrabel, qui loue les locaux à Recyclart, que la Ville de Bruxelles affirment que les négociations sont toujours en cours.

« Nous sommes en pleine discussion, précise Frédéric Sacré, porte-parole d’Infrabel. Mais ce seront les pompiers qui définiront si l’infrastructure est aux normes ou pas. » En effet, Infrabel avait signalé en 2014 à Recyclart qu’ils devaient sécuriser davantage les lieux pour pouvoir renouveler le bail qui prend fin ce mois-ci.

Du côté de Recyclart, on confirme être dans l’attente d’une réponse. « Il n’est pas encore certain que nous devrons effectivement quitter la gare de la Chapelle. Les pompiers ont refait une évaluation de la sécurité incendie selon les nouvelles normes et nous espérons recevoir leur verdict dans les jours qui viennent. »

Sécurité insuffisante

Depuis 2014, la sécurité des visiteurs se serait améliorée avec l’installation de détecteurs d’incendie, de buses et d’issues de secours, mais selon Infrabel, cela ne suffirait pas pour assurer la sécurité de l’infrastructure ferroviaire. « Le Recyclart se trouve juste en dessous de l’axe Nord-Midi qui est le plus important de Belgique, souligne Frédéric Sacré. Cet axe représente un tiers de la circulation ferroviaire. En heure de pointe, il y passe nonante trains par heure. Infrabel ne peut pas assumer ce risque. »

Idéalement, il faudrait qu’un incendie au Recyclart mette minimum deux heures à atteindre l’infrastructure ferroviaire. Dans ce délai, il est tout à fait possible d’éteindre le feu et donc d’éviter la mise en danger de l’infrastructure. Pour atteindre une telle résistance au feu, Recyclart devrait construire une structure de “boîte dans la boîte”. Mais ce genre de travaux, en tenant compte du planning, de l’octroi des permis et de la construction, pourrait facilement atteindre une durée de quatre années. Délai qu’Infrabel trouve trop long et surtout trop risqué. À côté de cela, le porte-parole souligne que la sécurité des visiteurs est aussi à prendre en compte.

Pourtant, Recyclart affirme tout mettre en œuvre pour répondre aux normes de sécurité incendie. « Nous avons reçu une liste de normes à mettre en ordre et nous avons réglé la plupart de ces points. D’autres travaux sont encore prévus pour améliorer la situation. »

Si l’avis des pompiers s’avérait être négatif et que le Recyclart devait réellement quitter les lieux, le centre culturel affirme la volonté de maintenir son activité ailleurs. « Nous avons envie de continuer et la Ville de Bruxelles nous a promis de trouver d’autres locaux. » De son côté, Karine Lalieux (PS), échevine de la Culture, soutient Recyclart et confirme que des contacts ont été pris en prévention de ce qui pourrait arriver.

Dans tous les cas, les événements prévus jusqu’en février 2018 auront bel et bien lieu à la gare de la Chapelle.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite