Six Bruxellois s’affichent pour un emploi

Une campagne imaginée par eux seuls dans le cadre de leur formation à Bruxelles Formation.
Une campagne imaginée par eux seuls dans le cadre de leur formation à Bruxelles Formation. - D.R.

Afficher sa tête sur des panneaux de publicité pour trouver un emploi, c’est le pari un peu décalé que six Bruxellois en pleine reconversion professionnelle se sont lancé. Durant une semaine, JCDecaux leur a accordé un espace publicitaire pour faire la promotion de leur profil et s’adresser aux entreprises qui les attirent.

« Avant toute chose, cela démontre que le cursus en communication que nous avons suivi au sein de Bruxelles Formation nous a été très utile », explique Quentin Haxhe, un des six Bruxellois a avoir élaboré le projet. Baptisée La Belle Histoire, la campagne a en effet été imaginée par eux seuls et ce dans le cadre de leur formation. « C’est un de nos formateurs qui nous a présenté le produit de JCDecaux, monaffiche.be, qui permet à n’importe qui d’afficher sa publicité pour une durée et à un emplacement de son choix, et ce contre une somme raisonnable, raconte Quentin Haxhe. Tous les six à la recherche d’un emploi, on s’est dit : « Et pourquoi pas nous ? »

Ils ont alors présenté leur projet à Bruxelles Formation et démarché JCDecaux pour financer leur campagne. « Depuis le lancement de monaffiche.be, il y a de ça exactement 1 an, plusieurs annonceurs locaux et particuliers ont déjà, d’un simple clic, réservé leur campagne depuis notre webshop, déclare Wim Jansen, CEO de JCDecaux Belgium. Nous sommes heureux que ces étudiants aient trouvé leur chemin vers notre nouvel outil en ligne et aient utilisé ce moyen de communication pour se promouvoir auprès de leurs futurs employeurs. »

Postuler différemment

En effet, les affiches constituent une accroche, ou une carte de visite un peu hors du commun qui mènent les gens intrigués sur le site web de La Belle Histoire. Les six Bruxellois y exposent leur parcours ainsi que leur CV. Leurs affiches ayant été exposées à des endroits stratégiques, c’est-à-dire près des entreprises qu’ils convoitent, ils espèrent une réaction rapide. Tous les six ont déjà établi un contact avec leur entreprise cible, et l’une d’entre eux a même obtenu un entretien.

« Mais on se rend bien compte que ce n’est pas à la portée de tout le monde », nuance Quentin Haxhe. Car si JCDecaux leur a exceptionnellement accordé la gratuité sur l’affichage, pour une semaine, cette démarche ne coûterait pas moins de 295 euros. « Nous espérons plutôt inspirer d’autres demandeurs d’emploi, car nous sommes bien conscients de la pénibilité de la recherche. »

Dans un monde où de nouvelles méthodes de postuler, telles que les CV vidéo émergent, la campagne souligne aussi l’importance de pouvoir se démarquer de manière originale. Ce que confirme Didier Gosuin (Défi), ministre bruxellois de l’Emploi et de la Formation professionnelle. « Voilà une idée innovante développée par des jeunes motivés. C’est la preuve que pour trouver un emploi, a fortiori dans le secteur de la communication, les canaux traditionnels ne sont pas la panacée. À côté des CV et lettres de motivation, il y a les réseaux sociaux ou le CV vidéo. Il faut se démarquer. Ces jeunes sortant directement de formation l’ont bien compris. »

Étant bien sûr un bon coup de pub pour les contributeurs au projet, la question est de savoir si la démarche aboutira réellement à un emploi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. TRICHET

    Jean-Claude Trichet: «Les banques centrales pourraient émettre de la cryptomonnaie»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite