Accueil Monde Union européenne

Du phosphate dans les kebabs? L’Union européenne doit trancher ce mercredi

Ce mercredi midi, le Parlement doit valider ou rejeter une proposition de la Commission : autoriser l’adjonction de produits chimiques dans la viande destinée aux dürüms et aux pittas. En toile de fond : la santé des consommateurs.

Temps de lecture: 2 min

La rumeur se répand chez les amateurs de dürüm et de pittas : l’Europe serait sur le point d’interdire la viande « kebab » pour des raisons sanitaires. Heureusement pour les fondus des sandwichs turcs et grecs, ces bruits sont infondés. Certes, le kebab sera au centre d’un vote, ce mercredi midi au Parlement européen. Mais il s’agit pour les députés des 28 Etats membres de se prononcer sur une question beaucoup plus précise : autoriser ou non l’adjonction de phosphates dans cette viande destinée à être grillée.

Pour la Commission, l’enjeu est double. D’abord, il faut mettre fin à un flou juridique entourant le kebab et singulièrement sa version destinée à la surgélation avant le finir sur une broche verticale. Des phosphates y sont ajoutés sans que ce soit légal ou illégal… Ensuite, ces phosphates permettraient d’homogénéiser cette viande recomposée et garantiraient ainsi une cuisson homogène. Un gage de sécurité alimentaire accrue, estime la Commission.

Gonflette à l’eau

Mais dans les rangs du Parlement, singulièrement chez les écologistes et les socialistes, des voix s’élèvent pour dénoncer la violation du principe de précaution. Des études scientifiques ont en effet établi un lien entre consommation de phosphates et risque accru de pathologies cardiovasculaires. Accessoirement, des élus crient à l’arnaque : les phosphates retiennent l’eau et permettent de gonfler artificiellement le volume de la viande

Ce mercredi midi, 376 voix d’eurodéputés au moins seront nécessaires pour bloquer la proposition de la Commission d’autoriser ces additifs. Un suspense juridico-alimentaire qui fait déjà tourner bien des têtes.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Arnould Philippe, mardi 12 décembre 2017, 18:59

    "des voix s’élèvent pour dénoncer la violation du principe de précaution" Encore ce principe débile. Prouver qui consiste à prouver que les licornes n'existent pas. A-t-on prouvé que le LHC ne créait pas de trous noirs pouvant détruire la Terre ? Pourquoi ne le fait-on pas interdire ? On pourrait aussi mourir en train, il parait. Adopter le principe de précaution est un triomphe de la crédulité populaire sur la raison, un triomphe de la post-vérité.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une