Accueil Belgique Politique

Vervoort sur le stade national: «Charles Michel n’a jamais levé le petit doigt»

Le ministre-président bruxellois estime que Charles Michel aurait dû intervenir dans le dossier et estime que l’inaction du Premier ministre peut être imputée à la N-VA.

Temps de lecture: 2 min

Plusieurs jours après que l’UEFA a écarté Bruxelles des villes-hôtes de l’Euro 2020, sur fond d’incertitudes dans le projet d’Eurostadium porté par la capitale, le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) indique mercredi dans un entretien à La Dernière Heure qu’il estime que le fédéral devrait reprendre le dossier.

« Je propose très sérieusement que le fédéral s’empare du dossier. Si c’est la Région bruxelloise qui reprend la main, il est certain que ça bloquera en Flandre. Donc, ça ne peut être que le fédéral. A-t-il la capacité de le faire ? Y a-t-il une volonté politique ? À eux de le démontrer », lance-t-il, avant de remarquer : « Charles Michel n’a jamais levé le petit doigt sur ce dossier (…) parce qu’il est incapable de faire quoi que ce soit face à une N-VA qui n’aurait jamais toléré que le gouvernement s’empare du dossier, porte une sorte d’union des forces vives belges pour mener ce projet à bien ».

Et le stade Roi Baudouin ?

Quant aux appels à reconsidérer l’option du stade Roi Baudouin plutôt que le « parking C », ce « n’est plus une option », assure-t-il. « Le stade Roi Baudouin peut devenir une option pour autant qu’il y ait un financement public. Or, un financement public n’est pas du tout à l’ordre du jour. Donc, non : le stade Roi Baudouin n’est plus une option ».

Quand il s’agit de désigner les responsables du « fiasco », Rudi Vervoort estime que « d’aucuns ne visaient qu’une seule chose : faire échouer l’affaire ». « Entre autres : l’Union belge, le gouvernement fédéral, Bart Verhaeghe (vice-président de l’Union belge, promoteur de Uplace – concurrent de Neo – et président du FC Bruges, ndlr) ».

À l’Union Belge, on a « constaté un changement de direction », assure-t-il. « Le vrai patron, ce n’est pas Gérard Linard, c’est Bart Verhaeghe. » « Torpiller Neo a toujours été un objectif majeur pour lui. C’est lui – on le sait – qui entretient les associations qui introduisent tous les recours. Il y a aussi la rivalité Bruges VS Anderlecht. Et à l’époque, il ne fallait surtout pas qu’Anderlecht profite d’un nouveau stade avec de l’argent public. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Homer Media , mercredi 13 décembre 2017, 11:10

    "L'enfer c'est les autres" pour ce Monsieur. Accepter ses erreurs est une preuve de courage, ne pas les voir est de l'incompétence.

  • Posté par Van Obberghen Paul, mercredi 13 décembre 2017, 9:57

    "Y a-t-il une volonté politique (de la part du fédéral)?" Mais non, évidemment! Le gouvernement de Charles Michel a des choses bien plus importantes à faire que de s'occuper d'un stade de foot' et en plus, cela ne relève en rien de sa compétence. Et la Région Bruxelloise, comme la Ville de Bruxelles, ont elles aussi des choses bien plus importantes à faire que de s'occuper d'un stade de foot'. Redescendez sur Terre, bon dieu! Vos rêveries pharaoniques inutiles (cfr le piétonnier), on en a marre! Occupez-vous des vrais problèmes des Bruxellois (mobilité, sécurité, polution, pauvreté, enseignement,...) avant de penser au superflu. Et quand vous aurez fait votre boulot, ayez au moins la descence de consultez la population concernant ce genre de projet. La stupidité originelle, elle vient bien de vous n'est-ce pas? Décider de le mettre sur le parking C, c'est à dire en Flandre, c'était ça la faute originelle! Gouverner c'est prévoir, et ne pas avoir prévu que la Flandre ne jouerait pas le jeu, et c'était l'évidence même, constitue une faute politique majeure dont vous, Mr. Vervoort, devriez assumer pleinement la responsabilité plutot que de la rejeter sur d'autres qui dans tous les cas n'étaient pas parties prenantes.

  • Posté par Weissenberg André, mercredi 13 décembre 2017, 11:04

    Totalement d'accord avec vous! Pour ce qui est du Stade, se mettre en situation de dépendre du bon vouloir de la N-VA, dont on pouvait plus que subodorer (à plus forte raison encore dans le chef des élus socialistes, qui connaissent l'allergie de la N-VA par rapport à la "gouvernance" socialiste!) l'à-priori défavorable pour ce type de dossier, est effectivement une faute politique majeure dans le chef de la Ville et de la Région, comme par hasard toutes deux dirigées par des majorités à dominante socialiste! C'était vraiment chercher les ennuis et se mettre dès le départ en situation d'échec. Pour le reste, on ne peut effectivement que constater un problème manifeste dans la définition des priorités des deux majorités en question. Doper l'attractivité du centre-ville pour enrayer la désertification commerciale et soutenir l'emploi local passe aujourd'hui avant tout autre chose par la résolution des problèmes de mobilité intra-muros, càd par une fluidification du trafic automobile et par l'amélioration des transports en commun au plan régional. Et je ne parle pas ici de la ligne de métro Nord, qui ne s'adresse pas aux populations de l'autre côté du canal, qui sont à l'origine de la poussée démographique dans la capitale, et qui n'ont droit qu'à des lignes interminables de bus de rabattage vers Heysel, Simonis ou Saint-Guidon. Le "trou" constitué dans la carte du métro par l'immense zone non-desservie au-delà de ces 3 stations de métro citées, parle d'ailleurs par lui-même. N'oublions pas que l'essentiel des chalands sont les Bruxellois, pas les touristes de passage! Sur ce plan, le piétonnier-Mayeur, imposé de force, n'arrange rien, que du contraire! On aura déjà fait un très grand pas en avant lorsque nos très chères édiles auront enfin compris que leur opposition à la voiture, bêtement idéologique en plus d'être conjoncturelle ("l'air du temps" ...), nuit fondamentalement à la mobilité d'ensemble, pcq les transports en commun en font partie et qu'ils sont, à ce titre, eux-mêmes pris dans les bouchons, quand ils ne sont pas à leur origine avec des bandes de bus superflues, mal conçues et - comble du comble! - peu utilisées, particulièrement en dehors des heures de pointe ... L'échec du test de circulation autour de la Basilique (qui avait pour soi-disant objectif d'améliorer la vitesse commerciale des transports en commun !) est, à cet égard, particulièrement révélateur de l'inanité absolue de ce type de politique, dès lors qu'on a une vision cloisonnée de la mobilité, càd qu'on ne prend en compte que des tronçons et pas les lignes ou les parcours dans leur ensemble. Un très grand progrès à cet égard (plan de mobilité à l'échelle de la région), en attendant les indispensables prolongations de lignes de métro, serait déjà de réorganiser le réseau en vue de raccourcir sensiblement la longueur des parcours ou des lignes de bus, qui devraient idéalement mettre au grand maximum 15 minutes pour rallier une station de métro - en heure de pointe !

  • Posté par Poullet Albert, mercredi 13 décembre 2017, 9:55

    Charles michel est un valet à la solde des anti bruxellois de la NVA ! rien de bon à attendre de ce monsieur pour les Belges. Rien!!!

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une