Accueil Belgique Politique

Charles Michel à Rudy Vervoort sur le stade national: «Pourquoi ne pas avoir demandé un soutien?»

Le Premier ministre n’a pas apprécié d’être pointé du doigt par le ministre-président bruxellois.

Temps de lecture: 1 min

Le premier ministre Charles Michel a regretté mercredi les « affabulations » du ministre-président bruxellois Rudi Vervoort qui a cité le gouvernement fédéral parmi les responsables du fiasco qui a conduit au retrait par les instances du football européen de la candidature de Bruxelles pour l’Euro 2020, tout en appelant à une reprise en main au niveau national.

« Je regrette les affabulations du ministre-président. Si le dossier était tellement important aux yeux du gouvernement bruxellois, pourquoi en trois ans de temps, à l’occasion de plus de 25 réunions du comité de concertation, n’a-t-il à aucun moment demandé un avis ou un soutien », a réagi Michel, sollicité par l’agence Belga.

Pour le Premier ministre, « il revient au gouvernement bruxellois de devoir assumer le choix d’avoir opté pour une localisation du stade en dehors de la Région-Capitale, stade qui s’est par ailleurs avéré être trop grand, et sans club de football hôte ».

 

À lire aussi Analyse | Sans l’Euro 2020, les partis sont divisés sur l’avenir du stade

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Lucas Danièle, mercredi 13 décembre 2017, 16:59

    Pour rendre effective la sortie du nucléaire en 2025, Ch. Michel renvoie la balle aux régions. A elles de se débrouiller pour rendre la chose possible. Décisions, démarches, budget, contacts.... Quand tout ce qui est st emm... ,ce qui risque de fâcher, et toutes autres difficultés auront été essuyé(e)s par les régions, auront peut-être été raté(e)s par les régions, on ne pourra l'imputer à Michel. Mais Monsieur Vervoort, qui a tenté de se débrouiller tout seul, et qui a raté,...aurait dû demander conseil au gouvernement !.....

  • Posté par Remi Baeyens, mercredi 13 décembre 2017, 12:36

    Les édiles bruxelloises arrogants ont cru pouvoir gérer ce problème 'national' tout seuls, sans appuis fédéraux et sans appuis populaires à un endroit ridicule (il fallait sauver Neo autre projet mené de manière très contestable). Après tant d'incurie on se plaint. Politiques ayez le courage de dire que vous vous êtes trompés. Comment voulez-vous être encore crédibles ?

  • Posté par Buffin Monique, mercredi 13 décembre 2017, 10:54

    Le cadavre est là. Le politique ne doit rechercher le coupable mais résoudre les causes qui ont mené au "meurtre".

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Ypres: l’extrême droite privée de «Frontnacht» après des semaines d’hésitation

Le conseil communal d’Ypres a tranché : le festival de musique Frontnacht, présenté comme simplement « identitaire » par ses organisateurs, ne pourra pas avoir lieu en marge de l’IJzerwake, dissidence « ultra » du pèlerinage de l’Yser. Les liens entre plusieurs groupes invités et la mouvance néonazie sont désormais trop manifestes pour être ignorés.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une