Accueil Sports Cyclisme Route

Chris Froome: portrait d’un athlète peu charismatique

Chris Froome est certainement le cycliste le plus transparent devant le micro

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Christopher Froome n’a jamais éludé le sujet du dopage, médical ou mécanique, puisqu’il est au centre du débat depuis qu’il a remporté son premier Tour (2013). Où chaque vainqueur est disséqué à la lame de rasoir, peau, sang, urine, cheveux. Un scalpel hérité des traumatismes laissés par Pantani, Ullrich, Armstrong bien sûr, les doutes autour de son aîné Bradley Wiggins, le doute en général dans un sport perfusé de suspicions, un sport qui devait exiger des champions propres, irréprochables. Froome incarnait (faut-il parler au passé ?) l’archétype de la génération propre. Propre sur lui, propre dans ses propos, lisse comme le flegme d’un Britannique de la Chambre des Lords. Le « Kényan blanc », au cyclisme mesuré, au développement discuté. Pas le développement musculaire qu’une intraveineuse de Salbutamol pourrait suggérer en cas de forte dose, mais la fréquence de pédalage, phénoménale, argumentée très vite par la potentialité d’un dopage mécanique.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Route

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs