Accueil Société Régions Brabant wallon

Miser sur les secteurs porteurs d’emploi

« L’Instance Bassin » du Brabant wallon a posé le diagnostic. Elle propose de soutenir davantage les stages.

Journaliste de la cellule wallonne Temps de lecture: 3 min

A chaque visite de nos installations, les jeunes sont étonnés par la qualité et la spécificité de l’enseignement qualifiant et ils découvrent qu’il est parfois plus facile de mémoriser des circuits électriques compliqués que du grec ancien. Et, surtout, que ces métiers offrent de l’emploi, bien rémunéré qui plus est. »

Directeur du collège technique Saint-Jean, à Wavre, Thierry Antoine fait partie de « l’Instance Bassin Enseignement qualifiant Formation Emploi » (Ibefe) du Brabant wallon, fruit de la fusion du Comité subrégional de l’emploi et de la formation et de l’Instance de pilotage interréseaux de l’enseignement qualifiant. Cette plateforme de concertation, de dialogue et d’animation a dévoilé, ce mercredi à Nivelles, son rapport 2017, avec une série de recommandations afin de favoriser l’emploi dans notre province. À la clé, une liste de 28 métiers en pénurie (voir ci-contre).

« Nous avons élaboré un plan d’actions pour 2018-2020, a expliqué le vice-président de l’Ibefe, Jacques Spelkens, représentant de l’Union wallonne des entreprises. Avec des recommandations fortes pour faire concilier les demandes des entreprises avec les formations dispensées. Et en n’oubliant surtout pas d’axer le travail sur l’évolution technique et numérique. »

Cela devra évidemment passer par une promotion beaucoup plus importante des métiers et des filières, sans oublier une lutte contre le décrochage scolaire, notamment dans le secteur horeca où le taux d’abandon est élevé. La formation des enseignants devra aussi être développée, via la Fondation pour l’enseignement.

Le stage est d’autre part considéré aujourd’hui comme une réelle plus-value. L’Ibefe recommande ainsi l’accompagnement dans la recherche d’un stage, la sensibilisation des entreprises et le soutien des initiatives existantes. Sur le site internet des dix Ibefe francophones (1) a même déjà installé un onglet qui renvoie aux différents autres sites qui les organisent. Pour les métiers relatifs au chauffage, à la voirie ou à l’horeca, les stages en alternance sont préconisés.

Pour les métiers en pénurie, des initiatives ont déjà été prises, comme à l’IfaPME de Perwez. Selon Thierry Devreux, « une formation de boucher a été mise en place en septembre, tandis qu’une autre sera lancée l’an prochain pour les opérateurs de production dans l’industrie alimentaire ».

Changer d’image

Dans l’enseignement qualifiant, c’est plus problématique car, au-delà de l’identification de filières à développer, il faut surtout acquérir du matériel de pointe et trouver des locaux adaptés avant de se lancer. Sans oublier évidemment la question du financement.

Du côté du Forem, Jean-François Birchall, le directeur pour Namur et le Brabant wallon, annonce par exemple qu’à la suite d’un départ à la pension, la formation « voiriste » sera remplacée par celle de chauffagiste.

Bref, c’est un chantier d’envergure qui est proposé mais, comme le retient Yves Milants, ancien formateur à la CSC, « il reste à changer l’image de certains métiers. Travailler dans le secteur automobile, par exemple, ce n’est plus seulement mettre les mains dans le cambouis ». Mais Pierre Levêque, le président de l’Ibefe, est confiant : « Le message commence à entrer. »

(1) Voir le site http://bassinefe.be

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Brabant wallon

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo