Bringme Box, la conciergerie intelligente du futur

La Bringme Box de Jo Vandebergh commence à faire son entrée dans les immeubles et les bureaux. 750 boîtes aux lettres intelligentes ont déjà été installées dans le Benelux et à Londres.
La Bringme Box de Jo Vandebergh commence à faire son entrée dans les immeubles et les bureaux. 750 boîtes aux lettres intelligentes ont déjà été installées dans le Benelux et à Londres. - D.R.

Vous avez commandé des sous-vêtements mais vous ne souhaitez pas les recevoir sur votre lieu de travail pour ne pas susciter de commentaires désobligeants de la part de vos collègues ? A moins qu’il ne vous soit impossible de vous rendre à la poste aux heures d’ouverture parce que, bien sûr, à ces heures-là, vous travaillez ? L’entreprise belge Bringme (« Apportez-moi » en anglais) a pensé à vous en mettant au point la Bringme Box.

De quoi s’agit-il ? D’une conciergerie « intelligente » qui se compose de boîtes aux lettres privées pour le courrier, mais aussi de compartiments communs de différentes tailles qui permettent de recevoir des colis en tous genres. Sans oublier un compartiment réfrigéré pour la livraison de nourriture fraîche.

Placée dans le hall d’entrée des bâtiments, la Bringme Box s’ouvre automatiquement après que le livreur a tapé le nom du destinataire sur l’écran d’accueil. Une fois la livraison effectuée, le système signe lui-même l’accusé de réception et le client reçoit sur son téléphone une notification l’avertissant de la livraison de son colis.

Comme pour la porte d’entrée du bâtiment et pour l’ascenseur, la Bringme Box se commande à l’aide d’une clé qui ressemble à un badge (il s’agit d’une clé RFID pour « radio frequence identification »). Et si vous la perdez, pas de panique : vous pourrez toujours rentrer chez vous en scannant votre code-barres personnel disponible sur l’application Bringme à télécharger sur votre smartphone. Autres avantages de ce système : s’il ne correspond pas à vos attentes, un colis peut être renvoyé à son expéditeur via la Bringme Box. Avertie par une notification, la société de livraison à domicile viendra retirer le colis chez vous sans que votre présence ne soit requise.

Vous l’aurez compris : Bringme permet de recevoir et de renvoyer des colis facilement et en toute discrétion. Plus besoin d’être présent lors de la livraison ni de déranger un voisin ou de faire la file à la poste. Seule obligation : le bâtiment dans lequel vous habitez (ou travaillez) doit être pourvu de cette invention que l’on doit à Jo Vandebergh, un inventeur féru de nouvelles technologies de 51 ans qui a usé ses culottes sur les bancs du collège jésuite de Louvain où il est né, a grandi et vit toujours aujourd’hui. « J’ai créé ma première société à 18 ans et à 21, j’en ai monté une deuxième, à Wavre : la “Criée automobile nationale”. Tous les jeudis, on y vendait des voitures à la criée aux professionnels. Il s’en vendait 15.000 par an, ce qui faisait de moi le plus gros vendeur de voitures en Belgique ! », sourit-il.

Dans le bâtiment à l’architecture moderne baptisé « Twist » qui fait partie de l’ensemble immobilier Tweewaters situé sur les anciens terrains d’AB Inbev en plein centre de Louvain, Jo Vandebergh, vêtements dernier cri et cheveux gominés qui lui donnent un air de dandy, prend plaisir à nous montrer les effets bénéfiques de son stratagème qui remonte à… 2005. « J’ai eu l’idée un peu trop tôt car le marché n’était pas prêt pour une telle innovation, avoue-t-il. Les achats par internet n’ont vraiment décollé qu’avec l’apparition de Zalando. Dès le départ, je me suis dit qu’il fallait trouver un moyen pour connecter les boîtes aux lettres aux appartements. La toute première Bringme Box a été installée en 2013 dans le bâtiment d’en face appelé “Balk van Beel”, le plus durable d’Europe. »

Aujourd’hui, 750 boîtes aux lettres intelligentes ont été installées dans le Benelux et à Londres, principalement dans des immeubles de bureaux. « Mais on estime à 250.000 le nombre de personnes qui ont déjà accès à une Bringme Box, rien que dans le Benelux, confie Jo Vandebergh. Nous voulons être présents le plus vite possible dans tous les pays d’Europe. Nous travaillons avec des architectes pour qu’ils l’intègrent dès le début d’un projet. A certains endroits, elle a été totalement intégrée dans les murs dès la construction : on ne la voit même plus. »

Si le logiciel a été développé en Belgique, les composants de la Bringme Box sont fabriqués dans les pays de l’Est. Jo Vandebergh vient tout juste de signer un partenariat avec la société de copieurs Ricoh qui est devenue le distributeur officiel de la Bringme Box pour le Belux. Un autre accord a été trouvé avec l’ascensoriste Schindler, histoire, par exemple, de permettre à l’ascenseur de reconnaître l’habitant et de l’amener directement au bon étage. « Beaucoup d’immeubles de bureaux qui seront livrés en 2018 et 2019 seront équipés de la Bringme Box, assure le Louvaniste. La réaction positive du marché envers notre produit est normale. Il est fini le temps où le livreur doit pousser sur toutes les sonnettes pour entrer dans un bâtiment. De plus, la législation sur la protection de la vie privée va changer prochainement et rendra problématique la livraison de colis dans les bureaux. Enfin, le succès de l’e-commerce n’est plus à démontrer. Les achats en ligne, et donc les livraisons de colis, vont aller croissant. Et puis, on vit tout de même au XXIe siècle, non ? »

Promoteurs, architectes, patrons d’entreprises : le monde de l’immobilier se trouve face à un produit qui s’inscrit dans l’évolution technologique qui nous entoure et dont dépendra l’habitat 2.0 de demain.

Bringme est une spin-off du groupe Ertzberg, le promoteur de Tweewaters, également dirigé par Jo Vandebergh. Il a actuellement près de 1.200 appartements en développement en Flandre.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le président des Etats-Unis Joe Biden (ici avec Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’Otan) a salué «un jour incroyablement productif».

    Sommet de l’Otan: Joe Biden rallie les Alliés contre l’expansion de la Chine et les attaques de la Russie

  2. En briguant la Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’eurodéputé Thierry Mariani, en tête des sondages, pourrait offrir à Marine Le Pen sa plus belle victoire aux élections des 20 et 27 juin prochains. Jamais le RN n’avait encore décroché une région.

    Régionales en France - Thierry Mariani: «Sarko avait le Karcher, mais il fallait brancher le tuyau!»

  3. belgaimage-34786284-full

    Coronavirus: le scénario d’une vaccination en pharmacie crispe médecins et infirmiers

La chronique
  • Chronique Bux-ils Brux-elles: le piétonnier toujours plus piéton

    C’est encore un petit bout de piétonnier grappillé sur la circulation, cette fois, des bus, (presque) totalement bannis. Moyennant une redéfinition de l’itinéraire des 33 (les citybus électriques reliant le haut et le bas de la cité) et 48, ainsi qu’une inversion de sens unique rue du Midi. Ici, c’est un chantier de réfection de voirie, dont les déviations ont prouvé toute leur efficacité et gagné leur pérennité. Le collège de la Ville vient d’acter la modification, qui libère le tronçon compris entre la rue des Teinturiers et la place Fontainas des véhicules stibiens – seuls les 95 continueront à emprunter le boulevard Anspach, sur quelques mètres, pour les besoins d’un demi-tour – après l’avoir débarrassé des voitures, au début de la législature. Un choix évident, plaide l’échevin (Groen) de la Mobilité, au nom de la convivialité (une zone piétonne sans moteur, c’est mieux), de la sécurité (manœuvrer un bus au milieu de chalands flânant et d’enfants jouant n’est pas de tout repos) et… de la solidité (le trafic a eu raison du revêtement neuf)....

    Lire la suite

  • Une dette commune, cadeau ou fardeau à la «prochaine génération»

    Le moment est assez historique, même s’il ne réunira probablement pas le monde en terrasse comme une victoire des Diables. L’UE va contracter une première partie de sa dette commune de 807 milliards d’euros. Cette espèce de très large crédit à la consommation pour financer la relance liera les Européens pour trente ans. Et dire qu’il y a un an encore, peu de personnes y croyaient.

    Evidemment, cette avancée tient surtout au fait que les économies du bloc sont si entremêlées que ne pas soutenir les...

    Lire la suite