Charles Michel à la Chambre: «Je maintiens l’objectif de la sortie du nucléaire en 2025»

Le Premier ministre voulait calmer les esprits. Charles Michel, qui avait fait savoir au président de la Chambre qu’il pourrait se rendre à la Chambre entre 13h et 14h, a répondu aux interpellations de l’opposition parlementaire. PS, Ecolo-Groen, CDH, Défi, PTB ou S.PA ont vivement critiqué la peine du gouvernement fédéral de donner son feu vert au pacte énergétique. Et demandé des garanties sur l’arrêt du nucléaire en 2025, comme le prévoit l’accord de gouvernement.

« Je partage l’analyse selon laquelle le pacte énergétique est un sujet important. (…) Je maintiens l’objectif de la sortie du nucléaire en 2025 avec détermination ! », a promis Charles Michel à la tribune.

« Pour la première fois nous avons un document (le pacte énergétique) qui, à nos yeux, n’est pas finalisé, mais qui constitue une base solide », a déclaré le Premier ministre, à propos d’un accord déjà validé ce matin en l’état par les gouvernements de Bruxelles et de la Wallonie.

Comme le réclame la N-VA, Charles Michel éprouve le besoin de « chiffrer » ce pacte, notamment sur son impact pour les ménages. Et Charles Michel d’attaquer le leader d’Ecolo à la Chambre : « M. Nollet, vous me dites : ‘à quoi ça sert de chiffrer ?’ Dans le passé, on n’a pas jugé utile de chiffrer le photovoltaïque wallon. On a vu ce que ça a donné ! »

L’opposition a souligné que Charles Michel s’était rendu à Paris pour le sommet sur le climat organisé à l’initiative d’Emmanuel Macron, alors qu’en Belgique le pacte énergétique bloque. Elle y voit là une contradiction. « Je suis fier d’être allé à Paris pour dire que la Belgique sera le premier pays en Europe à émettre des obligations vertes, a rétorqué le Premier (…) Ca se sont des faits, ce sont des actes, c’est du concret ! »

L’absence du Premier ministre a fait des gorges chaudes mercredi à la Chambre et a mené dans la soirée à une suspension des débats budgétaires. L’opposition souhaitait entendre ses explications à propos du pacte énergétique. Voilà qui est chose faite. Charles Michel va désormais se rendre au sommet européen qui se tient ce jeudi à Bruxelles.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

  2. Pour le moment, les femmes n’ont qu’une place marginale, face aux imams et autres responsables.

    Des théologiennes pour enseigner «le bon islam» aux musulmanes de Belgique

  3. Bénéficier d’un revenu de base permettrait de choisir des activités librement consenties ou consacrer 
une partie de son temps à sa famille...

    L’allocation universelle: une idée qui séduit en Belgique mais qui a peu de chances de se concrétiser

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • bpost: la balle est dans le camp de l’Etat actionnaire

    Le départ annoncé du patron de bpost n’est pas une surprise. Koen Van Gerven a même plutôt de la chance d’arriver au terme de son mandat en février prochain. Le couperet tient dans le niveau du cours de Bourse qui atteste de la descente aux enfers de l’action bpost, passée de 28 euros en février 2018, à 8 ou 9 euros aujourd’hui. Une chute qui a fait comme un « effet Fortis » dans les portefeuilles des petits épargnants qui ont misé sur une entreprise de bon père de famille – toujours publique – qui, depuis son introduction en...

    Lire la suite