Accueil Opinions

André Glucksmann, du maoïsme à l’atlantisme

André Glucksmann est mort, à l’âge de 78 ans. Pourfendeur des totalitarismes, il fut un des personnalités marquantes du débat d’idées à la fin du XXe siècle. Il termina sa vie esseulé, victime de ses prises de positions « atlantistes ». Le Soir revient sur la carrière du philosophe qui a marqué son siècle.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 9 min

Avec sa coupe de cheveux de beatnik, sa voix nasillarde et son art consommé de la dialectique – éducation hégélo-marxiste oblige – André Glucksmann fut un personnage familier du débat d’idées, du milieu des années 70 au début des années 2000, avant que l’ostracisme dont il était devenu l’objet, puis la maladie ne le contraignent à restreindre ses apparitions. Mais si le corps le lâchait, l’esprit resta alerte jusqu’au bout. C’est au Soir qu’il accorda son dernier entretien, en septembre dernier. Bien qu’affaibli, il n’en tempêtait pas moins contre l’assourdissant silence des « intellectuels » dans la crise des migrants – tout en se félicitant que son fils Raphaël ait organisé une manifestation dans les rues de Paris. Il a fini par rendre les armes, ce 9 novembre 2015, à l’âge de 78 ans.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs