Accueil Belgique

Des détectives privés enquêtent chez Ernst & Young

Deux membres du personnel, représentants syndicaux, ont été licenciés pour faute grave après avoir été filés. Une pratique en augmentation.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Le phénomène est déjà très répandu dans divers secteurs professionnels, dont celui de la grande distribution. Il débarque de façon tonitruante dans la finance et les services. Deux représentants des travailleurs du Setca qui siègent au conseil d’entreprise viennent d’être licenciés par le cabinet de consultance Ernst & Young pour faute grave. Dans un premier temps, leur employeur leur reproche la distribution d’une newsletter syndicale au personnel. La faute qui leur est reprochée serait liée au non-respect des heures de travail. Mais ce qui fâche particulièrement les syndicats, c’est la méthode utilisée par Ernst & Young. « Leur licenciement s’est déroulé selon un scénario du style FBI, commente Pierre Merveille, du Setca. Après la distribution de la newsletter, la direction a fait appel à des détectives pour effectuer une filature des deux personnes, manifestement dans le but de les surprendre pour faute. Leurs déplacements étaient suivis de minute en minute, aussi bien dans la sphère professionnelle que privée.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs