130 ans après sa création, «Le Soir» est plus citoyen que jamais

Dans cet article
Christophe Berti, Rédacteur en chef du journal Le Soir. © Bruno Dalimonte
Christophe Berti, Rédacteur en chef du journal Le Soir. © Bruno Dalimonte

Le 17 décembre 1887, un nouveau journal apparaît dans le paysage belge, un journal qui mise tout, alors, sur sa gratuité et son indépendance éditoriale. 130 ans plus tard, alors que Le Soir fête son anniversaire, sa rédaction est fière de ses racines, de son passé prestigieux et son histoire aussi mouvementée que passionnante, histoire qui s’est souvent confondue avec celle de la Belgique. Mais la rédaction du Soir est aussi et surtout résolument tournée vers l’avenir. Car elle est totalement persuadée d’avoir, aujourd’hui et demain, un vrai rôle à jouer et une place à tenir.

La presse est en crise ? Certes, le modèle économique des groupes de presse est bousculé par la nouvelle économie digitale, c’est une évidence, mais le principe de base de notre métier est plus que jamais indispensable : quand le journaliste révèle, décrypte, explique, donne les clés pour une meilleure compréhension de la société qui nous entoure, les lecteurs sont au rendez-vous. Nous vivons une crise du modèle économique, mais pas une crise du besoin d’une information de qualité, une information exigeante, une information au service des citoyens.

Une information qui se différencie du bruit et de l’écume, une information qui éduque et qui relativise, une information qui ouvre l’esprit et le débat.

En 1887, Le Soir se voulait le titre francophone le plus complet et le plus réactif, selon l’éditorial du directeur de l’époque. Aujourd’hui, Le Soir veut miser sur la qualité, l’investigation et la citoyenneté.

La qualité, parce que nous sommes persuadés que c’est elle qui nous permettra – et qui vous permettra – de résister dans le flot des informations (ou des non-informations) qui vous submergent chaque jour. L’investigation parce que c’est l’ADN du journalisme, dans notre travail quotidien comme dans les grandes enquêtes mondiales auxquelles nous collaborons.

La citoyenneté parce que c’est le centre de tout. Trop souvent on oppose le politique (et la presse, ne nous voilons pas la face) aux citoyens. C’est une erreur.

À travers des initiatives comme Noir-Jaune-Blues et bien d’autres à venir, nous voulons remettre les citoyens au centre du jeu.

L’évolution de notre projet éditorial, c’est de regarder davantage vers demain que vers hier, et de se pencher davantage sur les solutions que sur les constats.

En 1887, le premier éditorial du Soir se concluait par : « Pour réussir, nous comptons sur notre énergie, notre esprit d’initiative et sur le concours intelligent du public (sic) ». 130 ans plus tard, il n’y a pas un mot à changer.

«Le Soir» a 130 ans: supplément spécial

«Le Soir» a 130 ans: supplément spécial

Consultez notre supplément spécial 130 ans avec le récit d’une journée au Soir, la première Une du jour, en 1887, l’évocation historique du journal et les témoignages de fidèles lecteurs (Amélie Nothomb, Eddy Merckx, Bouli Lanners....)

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite