130 ans après sa création, «Le Soir» est plus citoyen que jamais

Christophe Berti, Rédacteur en chef du journal Le Soir. © Bruno Dalimonte
Christophe Berti, Rédacteur en chef du journal Le Soir. © Bruno Dalimonte

Le 17 décembre 1887, un nouveau journal apparaît dans le paysage belge, un journal qui mise tout, alors, sur sa gratuité et son indépendance éditoriale. 130 ans plus tard, alors que Le Soir fête son anniversaire, sa rédaction est fière de ses racines, de son passé prestigieux et son histoire aussi mouvementée que passionnante, histoire qui s’est souvent confondue avec celle de la Belgique. Mais la rédaction du Soir est aussi et surtout résolument tournée vers l’avenir. Car elle est totalement persuadée d’avoir, aujourd’hui et demain, un vrai rôle à jouer et une place à tenir.

La presse est en crise ? Certes, le modèle économique des groupes de presse est bousculé par la nouvelle économie digitale, c’est une évidence, mais le principe de base de notre métier est plus que jamais indispensable : quand le journaliste révèle, décrypte, explique, donne les clés pour une meilleure compréhension de la société qui nous entoure, les lecteurs sont au rendez-vous. Nous vivons une crise du modèle économique, mais pas une crise du besoin d’une information de qualité, une information exigeante, une information au service des citoyens.

Une information qui se différencie du bruit et de l’écume, une information qui éduque et qui relativise, une information qui ouvre l’esprit et le débat.

En 1887, Le Soir se voulait le titre francophone le plus complet et le plus réactif, selon l’éditorial du directeur de l’époque. Aujourd’hui, Le Soir veut miser sur la qualité, l’investigation et la citoyenneté.

La qualité, parce que nous sommes persuadés que c’est elle qui nous permettra – et qui vous permettra – de résister dans le flot des informations (ou des non-informations) qui vous submergent chaque jour. L’investigation parce que c’est l’ADN du journalisme, dans notre travail quotidien comme dans les grandes enquêtes mondiales auxquelles nous collaborons.

La citoyenneté parce que c’est le centre de tout. Trop souvent on oppose le politique (et la presse, ne nous voilons pas la face) aux citoyens. C’est une erreur.

À travers des initiatives comme Noir-Jaune-Blues et bien d’autres à venir, nous voulons remettre les citoyens au centre du jeu.

L’évolution de notre projet éditorial, c’est de regarder davantage vers demain que vers hier, et de se pencher davantage sur les solutions que sur les constats.

En 1887, le premier éditorial du Soir se concluait par : « Pour réussir, nous comptons sur notre énergie, notre esprit d’initiative et sur le concours intelligent du public (sic) ». 130 ans plus tard, il n’y a pas un mot à changer.

«Le Soir» a 130 ans: supplément spécial

Edition numérique des abonnés

Consultez notre supplément spécial 130 ans avec le récit d’une journée au Soir, la première Une du jour, en 1887, l’évocation historique du journal et les témoignages de fidèles lecteurs (Amélie Nothomb, Eddy Merckx, Bouli Lanners....)

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bart De Wever, président de la N-VA et Charles Michel restent en opposition sur le pacte migratoire.

    Pourquoi Bart De Wever s’obstine à dénoncer le pacte migratoire

  2. Un «
cerveau de la combine
»
: ainsi Carlos Ghosn a été qualifié par Hiroto Saikawa, l’actuel directeur général de Nissan.

    Ghosn sur un siège éjectable aussi chez Renault

  3. «
Nous discuterons de tout cela au sein du gouvernement jeudi et vendredi probablement, il est préférable sans doute de ne pas laisser traîner les choses.
»

    Kris Peeters (CD&V) sur le pacte migratoire: «Je soutiens totalement Charles Michel»

Chroniques
  • Quel sera le nouveau mot de l’année?

    Quel sera le « nouveau mot de l’année » 2018 ? L’an dernier, c’est « Fake news » qui avait emporté les suffrages des lecteurs du Soir. Lequel lui succédera ?

    Pas de changement pour ce quatrième millésime de l’opération menée par Le Soir et l’UCL. La formule reste la même. Et l’objectif aussi : il s’agit toujours, en s’appuyant sur les propositions du grand public, de faire émerger le mot ou la locution qui a connu une diffusion significative en 2018 et que l’on ne trouve pas encore dans l’édition la plus récente des dictionnaires usuels du français tels que le Petit Robert ou le Larousse.

    Concrètement : la première phase est lancée ce mercredi. Il s’agit de recueillir les propositions des lecteurs du Soir via notre site internet. C’est important : le mot ou la locution que vous soumettrez doit être accompagné d’une (courte) définition. Il est possible de soumettre des propositions de néologismes jusqu’au 30 novembre.

    En...

    Lire la suite

  • La Belgique doit approuver le pacte migratoire

    Vous approuvez le pacte migratoire, ou vous partez. Il nous revient que le Premier ministre, Charles Michel, a décidé d’opter pour la plus grande fermeté avec la N-VA concernant cet accord international, qui doit baliser les grands principes de coopération entre Etats du monde s’agissant de la migration.

    Après des mois de contorsions de la Belgique sur des principes humains aussi essentiels que l’interdiction d’enfermement des enfants ou la protection des demandeurs d’asile contre les traitements...

    Lire la suite