Accueil Société

Des spécialistes mettent en garde contre les «djihadistes locaux» aux États-Unis et en Europe

85 % des 415 personnes accusées de crimes liés au terrorisme islamiste aux États-Unis depuis le 11 septembre 2001 étaient soit des citoyens américains, soit des résidents légaux.

Temps de lecture: 2 min

Le retour dans leur pays d’origine de vétérans du djihad syrien mobilise les services anti-terroristes mondiaux, mais ce sont les djihadistes locaux, endoctrinés dans leur pays, qui sont pour l’instant les plus dangereux, préviennent des experts américains. S’ils sont moins aguerris, voire pas du tout, ils ont prouvé au cours des derniers mois, en Europe comme aux États-Unis, qu’ils peuvent frapper à l’improviste et sont quasiment impossibles à détecter avant leur passage à l’acte.

«  Il n’y aura certainement plus, en France, en Amérique ou ailleurs, de gros attentats téléguidés de l’étranger, à l’image de ceux du 13 novembre 2015 à Paris (…) Désormais, ceux qui font des attentats, ici ou en Europe, ne sont plus téléguidés par l’EI mais se mobilisent seuls, en s’imaginant soldats d’une communauté islamique idéalisée, voire fantasmée, qu’ils veulent défendre ou venger » explique à l’AFP Marc Sageman, ancien agent de la CIA au Pakistan pendant le djihad anti-soviétique.

« Leur sanctuaire, c’est leur chambre »

Selon les chiffres collectés par New America, 85 % des 415 personnes accusées de crimes liés au terrorisme islamiste aux États-Unis depuis le 11 septembre 2001 étaient soit des citoyens américains, soit des résidents légaux. Ils étaient 207, un peu moins de la moitié, à être nés sur le territoire américain.

Leur profil est également souvent étonnamment banal : moins d’un quart avaient un casier judiciaire. En comparaison, un tiers des adultes américains en ont un, remarque le think-tank dans une étude publiée en septembre. Thomas Sanderson, directeur de Transnational Threats Project au groupe de réflexion Center for strategic and international studies (CSIS) ajoute : «  Leur sanctuaire est leur chambre à coucher. Ils sont indétectables à moins de faire une erreur lors de leur préparation ou s’ils commencent à s’épancher en ligne (…) S’ils sont prudents, il n’y a rien à faire. Le gars monte dans son pick-up et tue vingt personnes ».

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Pavoine Jean-Martin, samedi 16 décembre 2017, 16:35

    Évidemment, si l'on censure Internet, ces candidats-kamikaze seront encore moins détectables. C'est un des prix à payer de l'approche moralisante d'un Internet bien lisse et propre sur lui.

  • Posté par Delvaux Joelle, samedi 16 décembre 2017, 12:32

    quelle scoop !!!

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko