Facebook va utiliser davantage la reconnaissance faciale

©AFP
©AFP

Grâce à la reconnaissance faciale, Facebook va informer ses utilisateurs lorsqu’une photo d’eux est publiée sur le réseau social, même lorsqu’ils n’ont pas été identifiés par leur nom (« tags »), a annoncé le groupe mardi.

«  Nous faisons cela pour empêcher les gens de prendre la place d’autres sur Facebook » en utilisant par exemple la photo de quelqu’un d’autre comme photo de profil, écrit le groupe.

L’entreprise utilise déjà la reconnaissance des visages pour proposer à un utilisateur publiant une photo d’identifier un « ami » présent sur celle-ci, une fonction optionnelle qui a pour effet d’informer automatiquement l’intéressé qu’un cliché de lui a été posté sur Facebook.

Mise en place « bientôt »

Désormais, «  si vous êtes sur une photo (…), nous vous le dirons, même si vous n’avez pas été identifié » nommément, explique sur son blog officiel le réseau social qui revendique plus de deux milliards d’utilisateurs actifs.

Cette fonctionnalité sera mise en place « bientôt » et permettra aux intéressés de s’identifier sur la photo s’ils le souhaitent, ou bien d’exprimer des inquiétudes ou des réserves à la personne qui a publié les clichés, fait valoir le réseau social.

Les fonctions utilisant la reconnaissance faciale ne sont pas proposées au Canada et dans l’Union européenne, précise Facebook, des zones où les régulations en matière de protection des données et de la vie privée sont souvent plus strictes.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Borders
» au Public.

  2. Dominique Leroy, remerciée par le personnel de Proximus lors de son arrivée au siège de l’entreprise ce jeudi. Le parquet, lui, enquête.

    La sortie très chahutée de Dominique Leroy

  3. Pierre-Yves Dermagne

    Vente de Voo et de Win: l’Arc-en-ciel reprend le contrôle dans l’affaire Nethys

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaos, la clarté et l’hystérie

    La clarté ou le chaos ? Il y a désormais des deux dans le dossier Nethys. Et il va falloir au nouveau ministre de tutelle, Pierre-Yves Dermagne, beaucoup de méthode, de sang-froid, d’expertise et d’indépendance politique pour dénouer ce sac de nœuds.

    Ces derniers mois, c’est l’opacité qui a régné sur la restructuration du groupe liégeois, confisquée par un management, un conseil d’administration, quelques hommes et...

    Lire la suite