Le projet flamand d’agrandissement du ring avance doucement

Dans cet article
La congestion automobile est une des raisons du projet flamand de passer de 6 à 10 bandes de circulation sur le ring au nord de Bruxelles.
La congestion automobile est une des raisons du projet flamand de passer de 6 à 10 bandes de circulation sur le ring au nord de Bruxelles. - PhotoNews.

O n constate encore une fois que dans ce dossier, le gouvernement bruxellois n’arrive pas à se mettre d’accord pour parler d’une seule voix. » Le député libéral Vincent De Wolf a souligné les nombreuses contradictions qui opposent le ministre-président Rudi Vervoort (PS), le ministre de la Mobilité, Pascal Smet (SP.A) et la ministre de l’Environnement, Céline Fremault (CDH) sur l’épineux dossier de l’élargissement du ring souhaité par la Flandre. L’élu MR, rejoint par les députés Michaël Vossart (Défi), Annemie Maes (Groen) et Els Ampe (VLD), a interpellé la ministre Céline Fremault sur la concertation de la Région dans ce dossier.

Pour rappel, en 2013, les ministres flamands votent un agrandissement du ring. Entre l’E40 et l’A12, on passera à 10 bandes de circulation, tout comme pour le tronçon entre l’E40 vers Liège et l’E19. Par contre, au niveau du viaduc de Vilvorde, pas de changement et, sur la partie comprise entre l’E19 vers Anvers et l’A12, seule la bande d’arrêt d’urgence serait supprimée et utilisée au même titre que les autres. Jette obtient la construction d’un écoduc de 80m au niveau du bois du Laarbeek même si la commune est opposée à l’élargissement.

La Flandre poursuit actuellement son travail d’étude et vise toujours un démarrage du chantier pour 2019 même si certaines voix se demandent si la Région flamande souhaite véritablement voir ce dossier aboutir.

Du côté de la Ville de Bruxelles, l’échevine de la Mobilité, Els Ampe (VLD) a remis un avis favorable précisant que cette extension permettra de réduire la pression du trafic automobile dans les quartiers résidentiels de Laeken. « Je ne suis pas d’accord avec cela, a réagi le député Michaël Vossart. L’élargissement du ring va créer un appel d’air pour les voitures. Au lieu de passer à 10 bandes, il faudrait mieux revoir la politique en matière de parkings de dissuasion. »

Pour les libéraux, une optimalisation du ring est la bienvenue mais elle ne peut pas se faire sans l’accord de la Région bruxelloise. « Le gouvernement flamand n’a pas eu de contact avec son homologue bruxellois, tout est passé par une boîte privée, explique Vincent De Wolf. Cela ne va pas et encore une fois, nos ministres ne parlent pas d’une seule voix. »

Pour la ministre de l’Environnement, l’élargissement du ring est une aberration qui va à l’encontre de tout ce qui est fait par les Bruxellois pour réduire le trafic automobile et améliorer la qualité de l’air. « Nous tentons de transformer nos entrées de ville en boulevards urbains comme indiqué dans l’accord de gouvernement, dit la ministre. L’élargissement aura aussi un impact sur la qualité de l’air et c’est pour cela que la Région doit évidemment être consultée. Nous le serons lors de l’élaboration de l’étude d’incidences ce qui nous permettra d’émettre nos conditions. Et d’ailleurs, il serait bon que les communes se mettent également d’accord entre elles. Celles du nord de Bruxelles connaîtront toutes des répercussions et il faut de la cohésion et de la solidarité. » La Ville de Bruxelles aura en tout cas bien entendu le message.

Céline Fremault a aussi interpellé Vincent De Wolf par rapport à l’utilité de la conférence des bourgmestres. « Elle n’est pas un organe officiel mais elle a du poids puisque les décisions y sont prises à l’unanimité. Je ne sais pas encore si je vais la convoquer sur ce sujet. Cela demande un examen plus approfondi. »

En effet, tous les partis ne sont pas nécessairement opposés à ce projet flamand et il sera difficile d’engranger un consensus. « Ce débat aurait eu sa place au sein de la Communauté métropolitaine », conclut le député Défi.

2 milliards

Par Vanessa Lhuillier

C’est le coût total du projet flamand d’élargissement du ring entre l’E40 venant d’Ostende et l’E40 partant vers Liège, soit 20 kilomètres. Le projet suppose aussi la création d’une bande pour le trafic local et six autres pour celui de transit. Les deux principaux arguments avancés par le gouvernement flamand sont la diminution des accidents liés au changement de bande de circulation et la fluidification du transport de marchandises par les camions. Seulement, quelque 880 mètres sont situés sur le territoire de la Ville de Bruxelles.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous