La Région finance 19 actions originales en matière de propreté

Dans cet article
Les poubelles intelligentes dans le Pentagone sont déjà un progrès en matière de propreté publique.
Les poubelles intelligentes dans le Pentagone sont déjà un progrès en matière de propreté publique. - Sudpresse.

Au printemps dernier, Fadila Laanan, secrétaire d’Etat bruxelloise chargée de la Propreté publique (PS), lançait un appel à projets à destination des communes. Celles-ci devaient proposer des projets innovants destinés à améliorer la propreté dans des zones jugées problématiques. La Région a désormais tranché, avec l’aide d’un jury, et a choisi 19 projets déposés par quinze communes bruxelloises (les autres n’avaient pas déposé de projets ou ne respectaient pas le cahier des charges).

En tout, 1,5 million d’euros vont être distribués, un million provient de Bruxelles-Propreté, le reste de Fost Plus (organisme chargé de la gestion des déchets). Parmi les différentes conditions, les communes devaient proposer des projets centrés sur des zones particulières mais qui avaient la possibilité d’être reproductibles et reconductibles. Certaines communes ont été plus originales, d’autres ont proposé des choses plus basiques comme l’installation de caméras pour lutter contre les dépôts clandestins, la décoration par des graffeurs de bornes électriques et de volets de commerces (pour prévenir les tags illégaux), ou encore l’acquisition de corbeilles connectées. « Cela permet de nous attaquer plus particulièrement à des zones qui, malgré tous nos efforts, restent problématiques », explique Fadila Laanan.

Devant l’importance de l’enveloppe, certaines communes ont été particulièrement intéressées, comme Watermael-Boitsfort. « Ce genre d’appel permet de vraiment donner les moyens aux communes d’agir pendant un an, se réjouit l’échevine de la propreté Cécile Van Hecke (GMH), qui a proposé deux projets pour développer d’autres stratégies de prévention et de collecte. Je n’aurais pas eu les moyens de réaliser ce qu’on va pouvoir mettre en place avec ce financement de la Région. » Car développer des projets pour la propreté publique peut coûter cher, et le budget communal ne suit pas toujours.

Les Gros Degueulasses au programme

Ainsi, Saint-Gilles va créer une quinzaine de représentations théâtrales destinées à sensibiliser le grand public à la propreté. « Nous allons faire appel à la compagnie Les Gros Dégueulasses, avec qui nous avions déjà organisé des interventions il y a huit ans, explique l’échevin de la propreté Carlo Luyckx (LB). Ces interventions auront lieu à la sortie des écoles et dans les espaces publics, comme les places Van Meenen et Morichar. Le théâtre est un bon outil de sensibilisation car il capte l’attention. » Des saynètes sur la propreté sont aussi prévues pour la commune de Schaerbeek. Ce type de communication a déjà été testé à Bruxelles-Ville.

A Berchem, ce sont des toilettes sèches qui seront mises à disposition dans les parcs et à Etterbeek, des empreintes de pas en couleur seront collées au sol pour montrer le chemin de la corbeille.

Ganshoren: des cendriers à sondages

Par M.H.

Ganshoren va installer des cendriers à sondages. Ceux-ci se présenteront comme des valves avec une question et deux réponses possibles. Le fumeur pourra déposer son mégot en fonction de la réponse choisie. L’idée est évidemment de transformer l’action de jeter un mégot de cigarette en un jeu. « Nous poserons des questions en fonction du public, précise l’échevine de la propreté, Magali Cornelissen (MR). Devant une salle de sport, on pourra ainsi demander aux gens s’ils préfèrent Messi ou un autre footballeur. »

Ces cendriers existent déjà depuis plus d’un an à Etterbeek.

Uccle: des «totems hygiène canine»

Dans le cadre de l’appel à projets de la Région, Uccle a voulu proposer un nouveau dispositif pour lutter contre l’un des plus gros problèmes de propreté sur son territoire : les déjections canines. Un quartier est particulièrement touché, explique l’échevine Carine Gol-Lescot (MR) : il s’agit de la zone entre les rues Vanderkindere, Brugmann, Alsemberg et Messidor.

« Nous avons proposé à la Région de mettre en place des totems qui servent à la fois à distribuer des petits sacs pour les étrons canins et aussi de poubelle. » L’installation sera accompagnée d’une campagne de sensibilisation.

Watermael-Boitsfort: nettoyeur-éducateur

Watermael-Boitsfort a imaginé la création d’un nouveau poste, celui de nettoyeur-éducateur. Cette personne, qui sera basée dans le quartier des cités-jardins de Floréal et Le Logis, parcourra les rues, les balayera, mais aura surtout pour fonction de communiquer avec les habitants du quartier afin de les sensibiliser à la propreté publique et les écouter. Elle pourra aussi les former à l’utilisation de Fix My Street. L’éducateur utilisera un triporteur (plus écologique qu’un camion) qui sera rempli de dépliants d’info. « Il s’agit aussi de revaloriser la fierté des gens pour leur quartier », expose l’échevine Cécile Van Hecke (GMH).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous