La CGSP précise les prochaines actions menées par le corps de sécurité

Dans la foulée de la manifestation de mercredi matin, la CGSP-AMiO annonce les dates des prochaines actions qui chambouleront l’organisation des cours et tribunaux. Le corps de sécurité, notamment en charge du transfert des détenus, proteste en effet contre les conditions de sa reconversion sous l’autorité de la nouvelle «direction de la sécurisation de la police fédérale» (DAB).

«Si les autorités ne nous entendent pas, nous prévoyons également des arrêts de travail de deux heures dans deux provinces - l’une néerlandophone et l’autre francophone - toutes les deux semaines», avait menacé mardi le secrétaire fédéral de la CGSP-AMiO, Michel Jacobs. La CGSP, qui regroupe différents syndicats de tendance socialiste des services publics, a précisé mercredi les zones qui seront prochainement touchées par ces arrêts.

Dès le 12 janvier 2018, l’action débutera par Anvers et Liège, où les agents se croiseront simultanément les bras durant deux heures. Leurs collègues des provinces de Flandre Occidentale, du Limbourg et du Hainaut leur emboîteront le pas le vendredi suivant, suivis par la Flandre Orientale et le Luxembourg le 26 janvier. Les agents du corps de sécurité mobilisés dans les deux Brabants ainsi qu’à Bruxelles fermeront la marche le 2 février. Ils espèrent ainsi attirer l’attention des autorités notamment sur la question de leurs pensions. Ils estiment en effet que le transfert à la DAB amputera celles-ci de près de 1.000 euros brut.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous