Sebastien Loeb de retour en WRC pour trois rallyes avec Citroën

Sebastien Loeb de retour en WRC pour trois rallyes avec Citroën

Le Français, 43 ans, disputera trois rallyes au volant d’une Citroën C3, au Mexique (8-11 mars), en Corse (5-8 avril) et en Espagne (25-28 octobre).

Loeb remplacera lors de ses trois épreuves le Britannique Craig Been. Kris Meeke sera lui au départ des treize rallyes.

Loeb avait quitté le championnat WRC en 2012, après neuf titres mondiaux consécutifs et 78 victoires. Depuis, il avait roulé en rallycross, en cross-country mais aussi en WTTC (voiture de tourisme). En 2017, Loeb s’était classé deuxième du Dakar pour sa deuxième participation.

Cet été, Loeb avait testé la nouvelle C3, avouant qu’il ne pouvait pas résister à l’attrait du WRC. «La sensation que vous ressentez en rallye est l’une des sensations les plus excitantes que j’ai jamais vécue», a déclaré Loeb. «J’étais excité de conduire une de ces nouvelles WRC en course. C’est agréable de le faire dans l’équipe avec laquelle j’ai connu tant de succès. Tout le monde était heureux de ces tests, moi-même avant tout, et ces trois apparitions sont la suite logique», a ajouté Loeb. «Je n’ai aucune attente, je veux juste m’amuser.» Pour ce retour en WRC, il sera assisté de son co-pilote habituel Daniel Elena.

Le Belge Yves Matton, directeur de Citroën Racing, est convaincu de la réussite du retour de Loeb. «Pendant les tests, Seb a confirmé qu’il n’a rien perdu de sa vitesse et de son habileté même s’il est à court de connaissance des épreuves et de temps passé dans la voiture par rapport à la concurrence de plus en plus rude», a analysé Matton pour qui «Loeb ne pouvait pas revenir en WRC avec quelqu’un d’autre que nous

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • afp

    Par DOMINIQUE DRICOT

    MotoGP

    MotoGP: Marc Marquez et Honda dans la tourmente

  • Après le volant qui tourne à gauche et à droite, Lewis Hamilton a expérimenté celui qui va d’avant en arrière...

    Par THIERRY WILMOTTE

    Formule 1

    Formule 1: «nouvelle direction» chez Mercedes

  • Rien de neuf sous le soleil de Barcelone ? Mercredi en tout cas, Hamilton s’est montré le plus rapide lors des premiers « essais hivernaux ».

    Par Thierry Wilmotte

    Formule 1

    Formule 1: une dernière saison qui pourra rimer avec pognon

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le temple lama à Pékin, aujourd’hui fermé pour cause d’épidémie.

    Coronavirus: l’épidémie fait tomber la Chine de son piédestal

  2. PHOTONEWS_10856380-028

    Harvey Weinstein coupable d’agression sexuelle et de viol: #MeToo, les stars et les gueux

  3. d-20191114-3X702V 2019-11-14 15:46:45

    La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite