Revente du Sporting d’Anderlecht: le RSCA a trouvé un accord avec Marc Coucke

Les principaux actionnaires et administrateurs du RSCA avaient bloqué leur journée de mercredi pour acter la décision, mais ils n’ont su qu’en matinée où se déroulerait le conseil d’administration. Ce dernier a été suivi d’une assemblée générale lors de laquelle chaque actionnaire a décidé s’il vendait ou pas. Quant à l’annonce de la revente, elle vient de tomber.

« Le conseil d’administration a étudié toutes les offres reçues. À l’issue de cet examen, il s’est prononcé unanimement pour entamer des négociations exclusives avec Marc Coucke

Dans le cadre de cet accord, certains actionnaires actuels du RSCA restent à bord pour assurer l’ancrage du RSCA.

L’objectif demeure de conclure un accord définitif avant la fin de l’année.

Le Président du RSCA Roger Vanden Stock est satisfait d’avoir trouvé un accord.

« Mon père, Philippe Collin et moi avons consacré nos vies au RSC Anderlecht et nous avons reçu beaucoup en retour, sportivement, mais surtout humainement.

Je suis fier de ce que nous avons accompli avec nos joueurs, nos jeunes, nos entraîneurs, nos employés, nos bénévoles et nos supporters durant toutes ces années.

Diriger un club tel que le RSCA implique beaucoup de responsabilités. Je suis convaincu que le succès de ce club repose sur deux piliers essentiels : une politique tournée vers l’avenir et la stabilité de ses dirigeants. En 110 années d’existence, nous n’avons connu que quatre présidents. Au cours de ce siècle, le club n’est cependant jamais demeuré inactif. Nous avons toujours fait des progrès, tant sur le plan sportif, que financier, humain et de l’infrastructure. Avec les ressources dont nous disposions, nous avons toujours essayé de former les meilleurs joueurs et d’attirer les meilleurs joueurs.

Le monde ne demeure toutefois jamais immobile. De nouveaux défis attendent le RSC Anderlecht. Et comme on dit : « gouverner, c’est prévoir ». Comme mon père me l’a dit, je voulais transmettre le flambeau à temps, afin d’être certain que le RSCA soit placé entre de bonnes mains. Autrement dit, dans les mains de personnes qui ont de bonnes intentions pour le club, qui ont également une vision à long terme et qui peuvent fournir au club la stabilité nécessaire.

C’est pourquoi je suis heureux de la décision du Conseil d’administration de remettre le club à Marc Coucke avec un ancrage significatif des actionnaires actuels du RSCA. Cet ancrage et Monsieur Coucke offrent les meilleures garanties pour un avenir couronné de succès, dans lequel le RSC Anderlecht s’efforcera de viser le plus haut niveau en Belgique et continuera aussi de jouer un rôle significatif sur la scène européenne.

La nouvelle majorité m’a convaincu qu’elle est vraiment préoccupée par l’avenir de ce club, de ses jeunes, de ses joueurs, de ses employés et – last but not least – de ses supporters. Tant leur vision sportive que leur capacité financière laissent présager le meilleur pour le club.

Je me remémore avec beaucoup de plaisir la gestion de mon père et de ma famille. Mais il est temps désormais de passer la main afin que le RSC Anderlecht puisse, pour toujours, rester Anderlecht. »

Le Président du RSCA et Monsieur Coucke répondront aux questions des médias ce vendredi à 15.00.

Une invitation sera lancée demain.

Le club et Monsieur Coucke s’abstiendront de tout commentaire jusqu’à la conférence de presse de vendredi », annonce le RSCA dans un communiqué.

Marc Coucke est l’un des entrepreneurs les plus connus du pays. En 2014, il s’est fait connaître à la suite de la vente de l’entreprise Omega Pharma, dont il était le principal actionnaire, à l’Américain Perrigo pour un montant total de 3,6 milliards d’euros. Avec l’argent de ce rachat, ce bv (Bekende Vlaming) a investi dans de nombreux projets en Belgique, d’abord dans le cyclisme, puis dans le football et dans le tourisme.

Déjà ce mardi, les trois enfants de Paul Gheysens, patron de Ghelamco, Michael (35), Simon (34) et Marie-Julie (23), avaient formulé une offre de rachat du Royal Sporting Club d’Anderlecht. S’il était loin de faire l’unanimité dans un premier temps, les concessions de ces dernières semaines et sa nouvelle offre, plus élevée, avaient forcé les administrateurs du club à en tenir compte.

Ce mercredi matin, Wouter Vandenhaute, le patron de Woestijnvis, qui s’était retiré de l’offre de Paul Gheysens, a confirmé avoir fait une offre conjointe avec d’autres amis d’Anderlecht comme l’ancien patron de Bpost, John Thijs ou le principal actionnaire actuel, Alexandre Van Damme. Cette offre s’élèverait à 45 millions d’euros pour 60 % des actions. Deux autres hommes d’affaires, Geert Duyck et Steven Buyse, de l’entreprise CVC Capital Partners, un des cinq plus grands fonds de capital-investissement au monde, faisaient également partie de l’attelage.

En outre, Michael Verschueren, le fils de l’ancien dirigeant des Mauves Michel, avait également fait une offre pour la reprise du club. Michael Verschuren était déjà actionnaire dans le club, à hauteur de 10 %, et a fait une proposition pour devenir majoritaire. Selon l’Echo, le CEO de Besix Johan Beerlandt avait aussi fait une offre.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les dérapages de la «
Marche contre Marrakech
» n’ont pas surpris. Mais le Conseil d’Etat considère que la crainte de troubles n’est pas un motif suffisant d’interdiction de manifester.

    Faut-il interdire des manifestations à risques?

  2. Pierre Wunsch, le futur gouverneur de la Banque nationale, présentait ce lundi les prévisions économiques, en l’absence, pour raison médicale, de Jan Smets, l’actuel gouverneur, qui prend sa pension le 2 janvier prochain.

    Moins de croissance et moins d’emplois nouveaux: la BNB plutôt pessimiste

  3. A Djibouti, les Américains ont récupéré et agrandi une ancienne base de la Légion française, «
Camp Lemonnier
», devenue la plate-forme des forces US dans la région.

    Les forces américaines très présentes en Afrique

Chroniques
  • Gilets jaunes: et maintenant on fait les comptes

    Il y a trois semaines, partout où je passais, tout le monde se voulait «gilet jaune».

    Le dernier week-end, au fil de mes pérégrinations, je n’ai rencontré que des anti-«gilets jaunes».

    Il y a trois semaines, des journaux comme Le Figaro ou Le Monde avaient revêtu des gilets jaunes. Ce lundi, sur leurs sites internet, leurs lecteurs respectifs, pour des raisons d’ailleurs opposées, se déchaînent contre les « gilets jaunes ».

    Ainsi risque-t-on de passer d’un extrême à l’autre. Hier, on a outrageusement surévalué et idéalisé un mouvement qui, dans les rues, n’a jamais atteint la dimension qu’on a feint de lui prêter et qui, surtout, comme Christiane Taubira l’a fort bien exprimé dans le Journal du Dimanche, charriait le sublime et l’abject, la chaleur de l’être ensemble et la fureur de l’exclusion de l’autre, le refus de niveaux de vie faisant honte à la vie et l’enfermement dans des bulles de haine...

    Lire la suite