Tout ce qu’il faut savoir sur Marc Coucke, le futur propriétaire du RSCA

@News
@News

Marc Coucke est l’un des entrepreneurs les plus connus du pays. En 2014, il s’est fait connaître à la suite de la vente de l’entreprise Omega Pharma, dont il était le principal actionnaire, à l’Américain Perrigo pour un montant total de 3,6 milliards d’euros. Avec l’argent de ce rachat, ce bv (Bekende Vlaming) a investi dans de nombreux projets en Belgique, d’abord dans le cyclisme, puis dans le football et dans le tourisme.

Né à Gand en 1965, Marc Coucke est diplômé en pharmacie de l’Université de Gand. Avec son camarade d’études, Yvan Vindevogel, il a co-fondé en 1987 la société Omega Pharma, avec un capital de départ de 300.000 francs belges. Les deux hommes commencent en visitant les pharmacies pour y vendre des grandes bouteilles de shampooing, confectionnées dans un garage. Une série d’autres produits suivront rapidement, avec pour slogan et stratégie « Pour et par les pharmaciens ».

Spécialisée dans les médicaments en vente libre (sans ordonnance), Omega Pharma connaît une croissance fulgurante. En 1994, Marc Coucke rachète les parts de son associé après une offre d’une entreprise néerlandaise. Yvan Vindevogel souhaitait vendre, pas Marc Coucke.

Une nouvelle étape importante est franchie en 1998, avec l’introduction en bourse de la société qui sera suivie par plusieurs acquisitions à l’étranger. En 2002, Omega Pharma est proclamée entreprise de l’année. Martc Coucke quitte alors son poste d’administrateur délégué, avant de le reprendre quelques années plus tard.

En 2012, Marc Coucke retire Omega Pharma de la cote, à l’aide du fonds d’investissement Waterland. Omega Pharma faisait alors partie de l’indice-vedette Bel20 mais l’entrepreneur en avait assez de la volatilité de la bourse. Quelques mois plus tard, le groupe sis à Nazareth réalise sa plus grosse acquisition, avec le rachat à GSK pour 470 millions d’euros d’un portefeuille de 54 produits.

Après des rumeurs de vente à l’été 2014, Omega Pharma est finalement rachetée le 6 novembre de la même année par son concurrent américain Perrigo pour 3,6 milliards d’euros. Marc Coucke utilisera cet argent pour ses investissements futurs.

Il quitte la direction de l’entreprise en 2016, mais conserve encore de nombreuses actions. Plusieurs procédures judiciaires sont d’ailleurs toujours en cours à propos du deal avec Perrigo.

Le truculent chef d’entreprise, sempiternelles lunettes vissées sur le nez, investit également dans le sport. Dès 2003, il devient sponsor d’une équipe belge de cyclisme et, en 2013, propriétaire et président du club de football du KV Ostende. Le club connaît alors les meilleurs résultats de son histoire, couronnés par une finale de coupe et une qualification européenne en 2017.

L’homme s’est aussi fortement investi dans le tourisme. Depuis son rachat de la société Durbuy Aventure en 2016, Marc Coucke a multiplié les investissements dans la commune ardennaise. Son associé Bart Maerten et lui y détiennent notamment une société de loisirs-aventures – La Petite Merveille – ainsi que plusieurs établissements hôteliers.

Par ailleurs, sa société d’investissement, Alychlo, est présente dans Mithra Pharmaceuticals, Fagron, Versluys (immobilier) ou encore Pairi Daiza.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Coronavirus: puis-je annuler mon voyage? Tout dépend... du SPF Affaires étrangères

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Lettre du Brexit: recherche candidats «bizarres et curieux» désespérément!

    Par Marc Roche

    Recherche candidats « bizarres et curieux » pour vaste réforme de l’État. Cette petite annonce aurait pu être rédigée par Dominic Cummings en vue de réaliser sa nouvelle mission : révolutionner de fond en comble la haute fonction publique britannique. Le bras droit de Boris Johnson a fait appel « aux vrais jokers, aux artistes, à ceux qui ne sont jamais allés à l’université ou qui se sont extirpés par eux-mêmes d’un trou d’enfer » pour mener à bien l’opération de chambardement.

    Cet influent libertaire a été chargé de l’un des chantiers les plus lourds du programme de Boris Johnson : le chamboulement de Whitehall, le cœur névralgique de la haute administration centrale.

    Potentiellement, il s’agit du projet public le plus ambitieux depuis la mise en place de l’État Providence par le gouvernement travailliste de Clement Attlee, en 1945. Sauf qu’en 2020, c’est la droite populiste qui est à la manœuvre.

    Le principal conseiller du « 10 » estime que la machine de l’État est...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite