Les supporters d’Ostende déçus de la décision de Marc Coucke: «Ce n’est pas un beau cadeau de Noël»

@News
@News

«   J’ai appris la nouvelle à la radio et je me suis dit tout de suite : ’Ce n’est pas possible. Un président ne peut pas avoir deux clubs en D1A ?’ Malheureusement, la dure réalité c’est qu’il va nous quitter et c’est très dommage », a réagi Carrewyn, président des Kustboys, le club de supporters du KV Ostende, qui tente déjà d’estimer les conséquences du départ de Coucke.

« Il dit que son cœur reste ici donc je peux supposer qu’il ne va pas nous abandonner sans rien. Pourquoi Coucke fait-il cela ? C’est la grande question. En tout cas, ce n’est pas un beau cadeau de Noël pour nous. Nous ne connaîtrons pas tout de suite les conséquences financières de son départ. »

Carrewyn s’est dit attristé par cette décision mais reste tout de même confiant pour ce qui est du futur de son club. « Coucke a garanti que son entourage resterait. Il a donné sa parole. Son départ est regrettable mais j’ai une grande confiance en les gens qui l’entourent. Ce sont des personnes compétentes. Notre KVO restera intact. La première personne à laquelle je pense en tant que nouveau président, c’est Bart Versluys. » Celui-ci est propriétaire du Versluys Bouwgroep et est déjà lié au KV Ostende, notamment en ce qui concerne le stade qui se nomme d’ailleurs Versluys Arena.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ER5irEcXYAEzIFh

    Polanski primé, Adèle Haenel quitte la salle: le cinéma français déchiré aux César 2020

  2. CHINA-HEALTH_JAPAN

    Comment le coronavirus bouleverse la planète

  3. La consultation et la participation des citoyens aux projets sont nécessaires pour atteindre la neutralité carbone en 2050 selon les experts.

    «2050, Bruxelles en mieux»: des idées qui germent dès aujourd’hui

La chronique
  • Elections municipales: en France, dernier arrêt avant l’irréparable

    Dans quinze jours, les Français se rendront aux urnes pour élire leurs maires. Une simple élection locale ? C’est ce que tentent toujours de faire croire les pouvoirs en place lorsqu’ils sont en difficulté.

    Test majeur

    Emmanuel Macron ne fait pas exception. Mais à qui fera-t-il avaler qu’il ne se préoccupe pas de ce test majeur à deux ans d’une présidentielle qui sera celle de tous les dangers ? L’affaire...

    Lire la suite