Des tifosi de la Lazio attaquent en justice un arbitre

@News
@News

Un groupe de supporters de la Lazio Rome a lancé mercredi une action en justice contre l’arbitre du match perdu par leur équipe contre le Torino et contre son assistant-vidéo, qu’ils jugent coupables de deux erreurs d’arbitrage. Par ailleurs, l’arbitre en question, Piero Giacomelli est, selon les médias italiens, visé par une enquête du parquet de la Fédération italienne pour avoir utilisé un pseudonyme sur les réseaux sociaux, où il a comme image de profil une photo de… Francesco Totti.

Selon le cabinet d’avocats Previti, une « proposition d’accord à l’amiable, première étape avant une citation en justice » a été envoyée à l’arbitre central Piero Giacomelli et à son assistant-vidéo Marco Di Bello, « au nom d’un groupe de tifosi de la S.S. Lazio ».

Le 11 décembre, le Torino était venu battre la Lazio 3-1 lors de la 16e journée du championnat d’Italie. Le match avait donné lieu à l’un des incidents liés à l’arbitrage les plus spectaculaires de la saison en cours.

L’arbitre Piero Giacomelli avait en effet laissé le jeu se poursuivre après une main de l’attaquant du Torino Iago Falqué dans sa propre surface. A la fin de l’action, l’attaquant de la Lazio Ciro Immobile, furieux, avait donné un coup – un peu de la tête, un peu de l’épaule – au défenseur turinois Nicolas Burdisso.

Alerté par le VAR, l’arbitre était alors allé consulter les images en bord de terrain. Il avait sorti un carton rouge pour Immobile mais n’avait pas accordé de penalty à la Lazio.

Cette double décision avait provoqué la colère de toutes les composantes du club romain, des joueurs au président Claudio Lotito, en passant par l’entraîneur Simone Inzaghi.

Selon le cabinet d’avocats, « l’accusation contre les deux personnes est celle d’une grave responsabilité professionnelle pour ne pas avoir visionné et sanctionné avec la VAR la main de Iago Falqué ».

Le cabinet estime également que cette responsabilité « les oblige au dédommagement des torts causés à chaque tifoso (…) lésé dans son droit à pouvoir vivre sa passion sportive ».

Instauré cette année en Serie A, le VAR ne peut être utilisé que dans quatre situations de jeu : après un but marqué, sur une situation de penalty, pour un carton rouge direct ou pour corriger une erreur d’identité d’un joueur sanctionné

Après le match contre le Torino, des supporters de la Lazio ont reperé le profil Facebook de l’arbitre, M. Giacomelli. Celui-ci utilisait un pseudonyme, Jack O’Melly, ce qui est interdit par le règlement, où il est précisé que les arbitres doivent être identifiables. La photo de couverture a fait bondir les supporters de la Lazio : elle montrait Francesco Totti, joueur emblématique des rivaux de l’AS Roma, tirer un penalty…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Mercredi soir, Sabine Laruelle et Patrick Dewael ont été chargés d’une mission royale, un an et 63 jours après la chute du gouvernement Michel, 269 jours après les élections. Et l’on ne voit toujours rien venir... 
© Belga.

    Former un gouvernement. Comment font-ils ailleurs?

  3. «
La Monnaie 
! C’est ici que j’ai découvert mes premiers spectacles quand j’étais ado que mes parents m’emmenaient voir. Son directeur Peter de Caluwe y a fait venir «
Vessel
» sans l’avoir vu. Et il y a dix ans, on y créait «
Babel
» avec Larbi. Enfin, c’est quand même ici que la Belgique a surgi
: une révolution commencée par les arts
! Et c’est aujourd’hui la seule institution fédérale qui connecte encore notre Belgique divisée».

    Les racines élémentaires de Damien Jalet: «Madonna m’a aidé à vivre. J’avais 11 ans, j’étais fou de son énergie»

La chronique
  • Répondre au populisme?

    Ce début du XXIe siècle est marqué en Occident par le retour du populisme. Trump aux Etats-Unis, Bolsonaro au Brésil, Salvini en Italie, Orban en Hongrie, le Vlaams Belang en Belgique…, la liste est longue de ces leaders ou partis qui en appellent à la souveraineté du peuple pour s’affranchir des règles et des institutions, promouvoir un projet qui se dégage des cadres et des valeurs de l’Etat de droit. Ce constat soulève régulièrement une double question : faut-il discuter avec ceux et celles qui défendent un projet dangereux pour la démocratie ? Si oui, quelle stratégie adopter pour contrer un discours qui connaît un succès certain, parce qu’il vise cette part sombre que nous avons chacun en nous ?

    Faut-il répondre au populisme ?

    Faut-il débattre avec les populistes ? En Belgique, cette question se traduit ces derniers temps par « faut-il débattre avec l’extrême droite »...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite