Accueil Société

Charles Michel: «Il n’y aura plus de rapatriement vers le Soudan d’ici la fin janvier»

Des témoignages font état d’actes de torture subis par des ressortissants soudanais expulsés de Belgique après avoir été identifiés par une mission venue de Khartoum à la demande de Theo Francken.

Temps de lecture: 2 min

Jusqu’à la fin du mois de janvier, il n’y aura pas de rapatriement vers le Soudan en attendant la fin de l’enquête », a affirmé mercredi soir le Premier ministre Charles Michel sur le plateau d’A Votre d’Avis (RTBF). «  Je veux que la clarté soit faite sur cette situation. On ne peut pas accepter qu’il y ait la moindre ambiguïté », a-t-il déclaré, faisant référence aux témoignages publiés mercredi affirmant que des Soudanais qui ont été renvoyés ces derniers mois depuis la Belgique ont été maltraités et enfermés à leur retour au pays. Tous avaient rencontré précédemment l’équipe d’identification invitée par M. Francken.

Tout en soulignant que ces informations avaient été diffusées par voie de presse et que le gouvernement n’avait «  pas reçu de plaintes officielles », Charles Michel a indiqué avoir immédiatement demandé qu’une enquête soit ouverte pour faire la lumière sur les faits évoqués. D’ici la fin de cette enquête, à laquelle l’Organisation international pour les migrations (OIM) collaborera, il n’y aura aucun rapatriement vers le Soudan.

Les conclusions de l’enquête seront ensuite débattues au sein du gouvernement, qui décidera des suites à y donner.

Philippe Hensmans, directeur d’Amnesty International, a estimé que la Belgique avait «  fait une énorme faute » en faisant venir des « services secrets, sans interprète ». Les autorités belges n’ont, selon lui, pas tenu compte du principe de précaution lors de la mission d’identification.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par A.q.t.e. , jeudi 21 décembre 2017, 6:36

    Mais quel courage! Laissons passer les fêtes propices à l'émotion, nous reprendrons alors nos affaires dans la plus parfaite discrétion. Cet individu ajoute l'abjection à la trahison ...

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko