L’ONU organise une réunion sur le statut de Jérusalem: «Nous nous souviendrons de ce vote»

Photo pretexte ©Reporters
Photo pretexte ©Reporters

L’Assemblée générale de l’ONU a ouvert jeudi une réunion pour voter sur une résolution condamnant la reconnaissance par Washington de Jérusalem comme capitale d’Israël, précédée par les vives menaces de Donald Trump contre les pays qui adopteront le texte.

Organisé à l’initiative des Palestiniens, ce vote porte sur un texte affirmant que toute décision sur le statut de Jérusalem «n’a pas de force légale» et que la question de Jérusalem doit faire partie d’un accord de paix final entre Israéliens et Palestiniens. L’Assemblée générale compte 193 membres.

Nouvelles menaces

L’ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU, Nikki Haley, a réitéré jeudi ses menaces envers les pays qui voteront en faveur d’une résolution condamnant la décision de Washington de désigner Jérusalem comme capitale d’Israël, peu avant le scrutin à l’Assemblée générale de l’ONU.

«Les Etats-Unis se souviendront de cette journée qui les a vus cloués au pilori devant l’Assemblée générale pour le seul fait d’exercer notre droit de pays souverain», a déclaré Mme Haley. «Nous nous en souviendrons quand on nous demandera encore une fois de verser la plus importante contribution (financière) aux Nations unies», a-t-elle lancé.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le gouverneur Schmitz a rendu un verdict qui entrainera de nouvelles élections d’ici l’été, normalement...

    Neufchâteau: le retour aux urnes attendu est confirmé

  2. JP Marielle

    Marielle, cette voix de timbré!

  3. Abdelhamid Abaaoud était traqué par les services de renseignements du monde entier. Il a pourtant pu commettre les attentats de Paris.

    Terrorisme: comment les renseignements français ont traqué Abaaoud

Chroniques
  • Grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Pour lutter contre la peur du vaccin, l’humain doit primer

    Certes, bien des nations nous envient notre système de santé. Son excellence académique, son équipement de haut niveau, sa densité sont des réalités incontestables. Mais le système gémit sous les coups de boutoir de la crise. Pénurie de médecins et d’infirmières, restriction des soins, fusions d’établissements : le futur ne se dessine pas en rose au fil des 121 indicateurs livrés par le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE)....

    Lire la suite