Accueil Société Régions Hainaut

La demande de permis pour la piste déposée avant Noël

La Wallonie veut doter l’aéroport de Charleroi d’une piste de 3.200 mètres. Avec la réception de l’étude d’incidences, la demande de permis pourra prochainement être officiellement déposée.

Temps de lecture: 4 min

En réponse à une question de la députée wallonne Graziana Trotta (PS), le ministre des Aéroports Jean-Luc Crucke a annoncé que la demande de permis relative à l’allongement de la piste du BSCA serait déposée avant Noël. Il a dévoilé quelques éléments de l’étude d’incidences. Celle-ci inclut l’analyse d’une alternative proposée par les riverains et conclut que cette dernière permettrait d’atténuer sensiblement les nuisances sonores dans la zone latérale de l’aéroport, soit le quartier Delhaize à Ransart.

Selon le ministre, la demande de permis relative à l’allongement de la piste sera déposée avant la fin de la semaine. Pour autant que le permis soit délivré avant septembre 2018 et qu’il n’y ait pas de recours contre le permis ou l’attribution du marché de travaux, le chantier peut encore démarrer au second semestre 2018.

Pour éviter autant que possible les recours, l’étude d’incidences a tenu compte des remarques préalables des riverains. Celle-ci ne sera rendue publique qu’après le dépôt de la demande de permis. Néanmoins, le ministre a précisé que le document comptait plus de 1.000 pages dont 320 rien que pour le chapitre acoustique. Le ministre a dévoilé qu’une alternative au projet initial permettra d’atténuer les nuisances sonores causées par l’allongement de la piste.

L’étude d’incidences a en effet analysé une alternative proposée par les riverains. Le projet initial prévoyait que les gros-porteurs qui ont besoin de toute la longueur de la piste pour décoller, rejoignent la piste à 2.900 mètres et la remontent jusqu’à son extrémité. Là, les avions devaient prendre une raquette de retournement pour faire demi-tour, manœuvre au cours de laquelle ils avaient les réacteurs orientés vers le quartier Delhaize à Ransart.

« L’alternative prévoit une bretelle avec un taxi way, reliant directement la dalle de stationnement située devant le terminal à l’extrémité de la piste. Cette fois, les gros-porteurs tourneront à l’extrémité de la piste avec les réacteurs orientés vers le terminal, ce qui atténuera l’impact acoustique négatif du bruit rampant par rapport au projet initial pour les habitants de ce quartier », explique Jean Santacatterina, directeur juridique à la Sowaer.

Négatif pour 157 habitations

L’allongement de la piste de 2.600 à 3.200 mètres va avoir un impact négatif sur les habitations situées dans la zone latérale de l’aéroport, le quartier Delhaize à Ransart. L’étude d’incidence prévoit que 22 habitations particulièrement exposées seront rachetables en procédure amiable. Leurs propriétaires pourront conserver leur maison s’ils le souhaitent. 71 habitations feront l’objet d’une insonorisation complète par la Sowaer et 64 propriétaires bénéficieront de primes à l’insonorisation avec un montant forfaitaire pour effectuer eux-mêmes les travaux.

Mais, bon nombre d’habitants qui subissent depuis des années les nuisances sonores du trafic aérien, bénéficieront d’une réduction du bruit grâce à l’allongement de la piste.

«  La situation va s’améliorer dans l’axe de la piste car les avions voleront plus haut en bout de piste, ce qui réduira le bruit. Le plan d’exposition au bruit tient compte à la fois du trafic actuel et du trafic prévisionnel à 10 ans. Il prévoit des zones qui vont de A’ à D’, avec des nuisances sonores décroissantes.

Grâce à l’allongement de la piste, 100 habitations situées dans l’axe de la piste à Jumet vont passer de A’ à B’, 456 habitations à Jumet et Roux vont passer de B’ à C’, 1.914 habitations à Roux, Goutroux et Gosselies vont passer de C’ à D’ et 1938 habitations d’Anderlues, Souvret et Forchies-la-Marche vont carrément sortir de la zone des nuisances sonores », explique Jean Santacatterina.

Graziana Trotta, qui suit le dossier depuis longtemps et soutient un développement du BSCA dans le respect des riverains, se réjouit de cette étude d’incidences qui tient compte des nuisances sonores : « Cela prouve qu’il y a moyen de concilier le développement économique crucial pour notre région et le respect des riverains. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

Aussi en Hainaut

Hainaut: de dangereux motards sèment le chaos

Les riverains du Bizet se plaignent depuis quelques semaines de dangereux motards, semant le chaos dans les rues. Cagoulés et dangereux, ils ne respectent pas le code de la route et constituent un danger pour les passants.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo