Accueil Culture Cinéma

La fracassante success story de Charlie Chaplin, mort il y a 40 ans

C’était le jour de Noël. Le cinéaste préféré des enfants s’éteignait à 88 ans. Retour sur l’œuvre géniale d’une légende.

Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

C’était il y a quarante ans. Durant la nuit de Noël 1977, le cinéaste préféré des enfants passait par la cheminée et s’en allait rejoindre les étoiles. Il avait 88 ans, dont soixante passés sous les projeteurs.

La genèse de sa fracassante success-story date d’avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale. En février 1914, alors qu’il commence à tourner à la chaîne de petits films burlesques, le jeune Anglais de 24 ans invente un personnage improbable : pantalon ample, veste étriquée, chapeau étroit, chaussures larges… Le petit bonhomme porte la moustache. Se dandine comme un canard. Court plus vite que son ombre. Son nom ? « The Tramp ». En français, Charlot, que le comédien définit en ces termes : « C’est en même temps un vagabond, un gentleman, un poète, un rêveur, un type esseulé, toujours épris de romanesque et d’aventure (…) Mais il ne dédaigne pas de ramasser des mégots par terre ni de chiper son sucre d’orge à un bébé. »

Les vagabonds, c’est peu dire qu’il les connaît, Chaplin, lui qui a tout appris de la rue, au détour d’une enfance misérable. Enfance à la Dickens, où la rage de s’en sortir sera à la mesure des violences vécues dans les premières années (abandon du père alcoolique, dépression grave de la mère, pensionnat à sept ans…)

Après avoir fait ses armes dans le court-métrage burlesque, d’abord comme acteur, puis comme réalisateur (dès mai 1914), Chaplin passe au format plus long. Lui qui pouvait enchaîner entre 1914 et 1916 plusieurs dizaines de films par an, change radicalement de rythme. Exigeant jusqu’à l’obsession, il ne réalisera, entre 1921 et 1967, qu’une dizaine de films (moyens ou longs), dans une totale indépendance.

Son perfectionnisme lui vaut alors une réputation de cinéaste tyrannique. Avec des anecdotes souvent sidérantes. En 1929, le tournage des Lumières de la ville piétine. Chaplin n’est pas content du travail accompli. Les semaines passent, puis les mois. Bientôt un an, deux ans. Pour l’une des scènes initiales du film, Chaplin, au bord de la folie, exigera 342 prises.

Mélodrames burlesques

À l’inverse des slapsticks de ses débuts, consacrés exclusivement à la recherche du gag, les films que réalise Chaplin à partir de 1921 sont construits autour d’une histoire forte, combinant chaque fois le tragique et le comique.

Le kid, mélodrame burlesque centré sur la poignante relation entre un vagabond et un enfant abandonné, devient un classique instantané. Quatre ans plus tard, après une parenthèse sur un mode dramatique (L’opinion publique), Chaplin revisite, avec La ruée vers l’or, la conquête de l’Ouest, ensevelie sous la neige. Puis vient Le cirque (1928), façon pour l’enfant de la balle que fut Chaplin de saluer ses racines artistiques.

Les triomphes s’enchaînent. Avec Les lumières de la ville (1931) et Les temps modernes (1936), films encore muets alors que le cinéma est passé depuis 1929 au mode parlant, Chaplin est à son sommet. On y rit aux larmes. On y pleure en souriant. Ce sont à la fois d’irrésistibles divertissements et des œuvres profondes, imprégnées par les épreuves de la vie comme par les rudesses de la crise économique. On y croise des ouvriers sous pression, des chômeurs, des ivrognes, des suicidaires… et bien sûr des vagabonds.

Adoré, puis brûlé

Il faudra attendre 1940 pour que Chaplin consente à sacrifier – en partie – au règne du cinéma parlant. Avec Le dictateur, le génial cinéaste pose son regard sur les événements du monde, en train de basculer dans l’horreur nazie. En endossant les uniformes simultanés d’un barbier juif et d’un double de Hitler, Chaplin fait ses adieux à Charlot. L’une des plus belles pages de l’histoire du cinéma se tourne.

La guerre s’achève. Les ennuis commencent. Chaplin, qui avait obtenu le contrôle total de ses films en 1919, sait tout faire : l’acteur, le réalisateur, le producteur, le scénariste, voire le (merveilleux) compositeur. Autant de talents finissent par susciter la jalousie. Et bientôt un déferlement de haine. Dans les années 40, l’Amérique puritaine cherche à criminaliser Chaplin. D’un côté, pour la liberté de ses mœurs. De l’autre, pour ses sympathies communistes.

Cette double stigmatisation lui inspirera deux films postérieurs : Monsieur Verdoux (1947), qui revisite très librement la vie criminelle de Landru, serial killer et homme à femmes dégénéré. Une comédie macabre, d’un modernisme sidérant, emmenée par un petit bonhomme vif et fantasque, qui n’est pas sans rappeler la silhouette de « The Tramp ».

Puis, avec Un roi à New York, Chaplin réglera ses comptes avec ses procureurs maccarthystes, à l’origine de la chasse aux sorcières dont il fut une retentissante victime, et qui le décida à définitivement quitter les États-Unis, pour s’établir dans la verte Suisse. C’est là qu’il trouva la mort, le 25 décembre 1977.

Quarante ans, déjà. Si loin de nous, Chaplin semble pourtant tout près. Son langage demeure universel. N’a pas pris une ride. Et, pour preuve : séduit encore les enfants de 2017.

Les «kids» de 2017, complètement sous le charme de Chaplin

Sept enfants ont découvert ensemble un film de Charlot. Ils en sont sortis conquis.

Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

A l’ère des réseaux sociaux, des jeux vidéos, des films d’animation au montage speedé, qu’y a-t-il de plus antinomique qu’un vieux film muet et en noir et blanc de l’entre-deux-guerres ?

Pour les enfants d’aujourd’hui, les « kids » de 2017, Charlie Chaplin, né au dix-neuvième siècle et associé à la création de « Charlot » en 1914, c’est quoi, c’est qui ? Un homme préhistorique ? Une photo jaunie dans l’album des (grands-)parents ? La madeleine de Proust d’enfants… du vingtième siècle ? Une silhouette passée de mode, sinon complètement ringarde ?

Comment le savoir ? Simple : en réunissant une petite dizaine d’enfants et en leur faisant découvrir un film de Chaplin. C’est ce que nous avons fait la semaine passée.

Samedi 16 décembre, sept enfants âgés entre 7 et 13 ans débarquent chez moi. Au programme : Le Cirque, de Chaplin. Le moins connu de ses longs-métrages muets. Et pourtant, un réjouissant chef-d’œuvre. Réalisé en 1928, après La Ruée vers l’or et avant Les Lumières de la ville, ce film est la déclaration d’amour et la reconnaissance de dette affective de Chaplin envers les artistes du chapiteau – clowns, acrobates, jongleurs, funambules… – qui ont marqué sa jeunesse.

Alexia, Omar, Gabrielle, Paul, Anastase, Gaspard, Gery. Les enfants se présentent, un à un. Presque aucun n’a jamais vu de film de Chaplin. Leurs références ? Pour Gaspard, neuf ans, le top, c’est Paddington. Celui de Gery, sept ans et de son frère Anastase, neuf ans ? Charlie et la chocolaterie. Celui de Paul, treize ans ? Star Wars 8… découvert la veille de notre rencontre ! Celui de Gabrielle, huit ans, la seule à arriver ici déjà conquise par Chaplin ? Mathilda. Celui d’Alexia, onze ans ? Harry Potter et la coupe de feu. Celui de Omar, qui s’apprête à fêter ses huit ans ? Retour vers le futur… une vieille trilogie datant déjà de la fin des années 80 !

Mais ce n’est rien à côté de ce qui nous attend. Le film, presque centenaire, débute sur une note mélancolique. Une écuyère se balance, suspendue à des anneaux, tandis qu’on entend la voix de Charlie Chaplin chanter sur le générique : « Swing little girl… » Déception immédiate de Omar : « Oh… J’aime pas les films en noir et blanc. »

Silence et rires

Le film commence. Silence religieux des enfants. Charlot apparaît après quelques minutes. Et fout rapidement le boxon. Gery est le premier à éclater de rire. Les autres le rejoignent dès l’entrée tonitruante et maladroite de Charlot sur la piste de cirque, poursuivi par un policier furax.

Les scènes burlesques s’enchaînent : bataille de crème à raser, exercice de funambule perturbé par de petits singes… Les rires de mes jeunes convives se multiplient. Coursé par un âne fou, Charlot se précipite soudain dans une cage à lion. Les enfants stressent. Mais très vite, le suspense vire au comique. Il n’y aura pas mort d’homme.

Plus tard, avec l’arrivée dans le film du beau Rex, élégant funambule dont s’éprend l’écuyère… au grand dam de Charlot, le burlesque vire au romantique. Les plus jeunes vont-ils décrocher ? Même pas. Jusqu’au générique de fin, le septuor gardera une attention extrême.

On rallume les lumières. Pas besoin de demander aux garnements ravis s’ils ont aimé. « J’adore ! », soupire Paul, aux anges. Il n’est pas le seul. Partout, de grands sourires. Leurs scènes préférées ? Gaspard : « J’adore tous les moments où l’âne se met à courir comme un fou derrière Charlot ». Alexia : « La toute premiere entrée de Charlot dans le cirque, sur le tapis roulant qui les fait tomber tous, c’est super ! » Anastase : « Moi, c’est lorsqu’il est enfermé dans une salle aux miroirs et ne sait plus où il est, avec tous les reflets. » Gery ? Comme son grand frère ! Gery a hurlé de rire durant toute la durée du film, mais, nous dit-il, « moi non plus, je n’aime pas le noir et blanc. » Paul, Gaspard et Alexia sont quant à eux habitués, disent-ils, et ça ne les dérange absolument pas. Ils sont plus grands.

Gabrielle ? Elle cite plein de scènes en vrac. Parmi d’autres, « celle où Charlot est enfermé avec le lion ! » Et Omar, allergique au noir et blanc ? Il confirme : « C’est vieillot, le noir et blanc. Je préfère la couleur. Mais bon… ça m’a plu, quand même. » Ce qu’il a préféré ? Surprise : « les moments où Rex et la fille tombent amoureux. »

Au-delà des nuances, le verdict est sans appel : Chaplin a vaincu tous les a priori. Et remporté la partie.

Bonne nouvelle : le temps n’efface pas tout. Si Chaplin est mort, Charlot est bel et bien vivant !

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Bricourt Noela, lundi 25 décembre 2017, 11:48

    Souvent je réécoute le discours de fin du Great dictator. Merveilleux.

Sur le même sujet

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez toutes les sorties, salles et horaires sur Cinenews

Découvrez le programme
Cinenews Voir les articles de Cinenews