Accueil Opinions Éditos

Catalogne: on prend les mêmes et on recommence

Le pari de Mariano Rajoy n’a pas réussi : les élections anticipées, censées mettre de l’ordre, n’ont strictement rien changé.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Monde Temps de lecture: 2 min

En destituant le rebelle catalan Carles Puigdemont, le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy voulait ramener la « normalité » en Catalogne. Il pariait sur une défaite des séparatistes et une victoire des unionistes. Son pari n’a pas réussi parce qu’il n’a pas compris à quel point la société catalane a été marquée par les violences policières lors du référendum d’autodétermination « illégal » du 1er  octobre. Ces élections anticipées voulues par Madrid étaient censées mettre de l’ordre, elles n’ont strictement rien changé. La Catalogne est encore un peu plus divisée et les principaux acteurs de la crise sont les mêmes qu’avant.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Richard van Elmbt, lundi 25 décembre 2017, 18:05

    Rajoy veut bien dialoguer, mais dans le cadre de la loi espagnole. En attendant Puigdemont est occupé à donner le coup de grâce à son ancien camarade Arthur Mas.

  • Posté par Mersch - Van Turenhoudt , dimanche 24 décembre 2017, 18:42

    Oui, si je ne suis pas pour l’indépendance totale des régions européennes car l’UE deviendrait politiquement ingérable (or sans UE, plus d’influence européenne dans le Monde) . Géographe il y a plus de 40 ans déjà que je défends l’idée que l’échelle des nations, qui s’est avérée excellente au XIXe siècle, surtout si elle porte sur moins de 100.000 habitants, est doublement inadéquate ( au XXe déjà mais surtout avec la mondialisation du XXIe ). Inadéquate car trop petite pour le domaine économique, Il faut une échelle continentale, (min. de 250 000 habitants) et pour le domaine culturel, tellement revivifié depuis le 3e millénaire, il faut une échelle régionale qui puisse atteindre les citoyens pour les écouter et répondre à leurs demandes. Sylvie MERSCH - VAN TURENHOUDT

  • Posté par Mersch - Van Turenhoudt , dimanche 24 décembre 2017, 18:42

    Oui, si je ne suis pas pour l’indépendance totale des régions européennes car l’UE deviendrait politiquement ingérable (or sans UE, plus d’influence européenne dans le Monde) . Géographe il y a plus de 40 ans déjà que je défends l’idée que l’échelle des nations, qui s’est avérée excellente au XIXe siècle, surtout si elle porte sur moins de 100.000 habitants, est doublement inadéquate ( au XXe déjà mais surtout avec la mondialisation du XXIe ). Inadéquate car trop petite pour le domaine économique, Il faut une échelle continentale, (min. de 250 000 habitants) et pour le domaine culturel, tellement revivifié depuis le 3e millénaire, il faut une échelle régionale qui puisse atteindre les citoyens pour les écouter et répondre à leurs demandes. Sylvie MERSCH - VAN TURENHOUDT

  • Posté par Mersch - Van Turenhoudt , dimanche 24 décembre 2017, 18:42

    Oui, si je ne suis pas pour l’indépendance totale des régions européennes car l’UE deviendrait politiquement ingérable (or sans UE, plus d’influence européenne dans le Monde) . Géographe il y a plus de 40 ans déjà que je défends l’idée que l’échelle des nations, qui s’est avérée excellente au XIXe siècle, surtout si elle porte sur moins de 100.000 habitants, est doublement inadéquate ( au XXe déjà mais surtout avec la mondialisation du XXIe ). Inadéquate car trop petite pour le domaine économique, Il faut une échelle continentale, (min. de 250 000 habitants) et pour le domaine culturel, tellement revivifié depuis le 3e millénaire, il faut une échelle régionale qui puisse atteindre les citoyens pour les écouter et répondre à leurs demandes. Sylvie MERSCH - VAN TURENHOUDT

  • Posté par Pierre Lison, dimanche 24 décembre 2017, 14:36

    Les torts sont partagés ; avoir raison trop tôt pour les uns et Ra(bas)joy pour les autres. ;¬)

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs