Accueil Sports Coupe du monde

Mondial 2018:Vitaly Mutko quitte temporairement la présidence de la fédération russe de football

Mutko, 59 ans, quitte la direction de la fédération russe pour six mois, mais reste le président du comité d’organisation de la Coupe du monde 2018 en Russie.

Temps de lecture: 2 min

Vitaly Mutko abandonne temporairement son poste de président de la Fédération russe de football, a-t-il annoncé lundi. Mutko a expliqué «suspendre» ses fonctions afin de pouvoir contester sa suspension à vie des Jeux par les instances olympiques en raison du scandale de dopage institutionnalisé. Le directeur général Alexander Alayev dirigera la fédération au cours des six prochains mois.

Mutko a annoncé une «suspension de son poste» au cours d’une réunion du comité exécutif de la fédération, a indiqué l’agence de presse TASS. Alexander Alayev est nommé président par intérim.

Vitaly Mutko a été ministre russe des Sports de 2008 à octobre 2016, quand il a été promu par Vladimir Poutine vice-Premier ministre en charge des Sports. Il a été banni des Jeux Olympiques par le Comité International Olympique (CIO) suite au scandale de dopage d’Etat qui secoue le sport russe depuis trois ans. D’après le rapport McLaren de l’Agence mondiale antidopage (AMA), Mutko a joué un rôle clé dans le système de dopage institutionnalisé instauré entre 2011 et 2015. Mutko a été l’organisateur en chef des Jeux de Sotchi 2014.

Lors d’une conférence de presse, Vitaly Mutko a annoncé son intention de saisir dès mardi le Tribunal arbitral du sport (TAS) afin de contester la suspension à vie des JO infligée par le CIO. «J’ai demandé à suspendre mes fonctions pour une période de six mois» le temps de la procédure, a-t-il déclaré, ajoutant «continuer à travailler comme vice-Premier ministre et à superviser la préparation au Mondial».

Mutko, qui avait déjà occupé ce poste de 2005 à 2009, est arrivé à la présidence de la Fédération en 2015 pour remplacer Nikolai Tolstykh. Il avait été réélu en septembre 2016 pour un mandat de quatre ans dans un contexte difficile après l’élimination de la Russie dès le premier tour de l’Euro-2016, marqué par des violences des hooligans russes à Marseille au début de la compétition. «Je ne démissionne pas, mon mandat reste valide», a-t-il insisté.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Coupe du monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb