Accueil Opinions Éditos

Même sauvé par Poutine, Bachar el-Assad devra partir

Si le conflit syrien semble peu à peu toucher à sa fin, le président Bachar el-Assad continue de diviser la scène internationale.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Alors que l’année 2017 se clôt, tout se passe comme si Bachar el-Assad à Damas et Vladimir Poutine à Moscou pouvaient pavoiser sur les cendres d’une Syrie rebelle qu’ils ont immolée sans états d’âme. Le Russe est venu parader en personne il y a deux semaines dans une base de son armée de l’air en Syrie pour annoncer la victoire et une réduction de son engagement militaire.

La messe serait-elle dite en Syrie ? L’expression convient mal, à cette époque de Noël, pour qualifier une situation où la souffrance et la détresse des civils devraient remuer les plus insensibles. Mais force est en effet de constater que le féroce régime de la famille Assad, grâce à ses alliés russes et iraniens (avec aussi le Hezbollah libanais), a sauvé à la fois sa peau et son joug.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Hennaux Jean, dimanche 31 décembre 2017, 12:44

    Pourquoi Assad devrait-il partir alors qu'Israël (et son président) colonise, s'étend et établi des ségrégations? En 1789, le peuple se battait et mourait pour mettre en place le concept de démocratie.

  • Posté par Philippe Pasman, jeudi 28 décembre 2017, 17:29

    S les puissances étrangères n'étaient pas intervenues voir n'étaient à l'origine du conflit, ce bain ne se serait jamais produit.Ce sont les USA et les Français qui ont armés les "Rebelles". Dans quel but? Par humanisme???

  • Posté par Michel HAUTEKEER, mardi 26 décembre 2017, 19:04

    La lecture des commentaires me donnent la nausée, avez-vous seulement osé lire les reportages et les témoignages sur ce qui s'y (est) passe(é). J'ai honte pour l'être humain ( moi compris ). Quand viendra le temps des témoignages de survivants, on n'aura plus aucune excuse...

  • Posté par M. BEAUMONT ALAIN , mardi 26 décembre 2017, 12:48

    Que recherche la Communauté Internationale si ce n'est que les millions de Syriens accueillis par les pays limitrophes de la Syrie et par l'UE retournent en paix dans leur pays. Qui est à même d'organiser le pays avec le retour des réfugiés comme principal objectif. J'aimerais beaucoup que les journalistes du Soir contribuent à mettre l'accent sur cet objectif au lieu de susciter des jugements à l'emporte pièce.

  • Posté par Bachelart Bernard, mardi 26 décembre 2017, 11:19

    Il est honteux de la part d'un journal aussi respecté que Le Soir de publier un tel morceau de propagande unilatéral sans contrepoids. C'est une aide évidente à tous ceux qui veulent remplacer le régime laïque de la Syrie par une théocratie à la saoudienne. Je ne veux pas être complice et je me désabonne.

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs