Accueil Opinions Éditos

Les partis doivent tirer les leçons de l’affaire Galant

La ministre de la Mobilité n’a pas respecté la loi en vigueur pour les marchés publics en choisissant le cabinet d’avocats Clifford Chance. L’édito de Véronique Lamquin.

Article réservé aux abonnés
Cheffe Bruxelles Temps de lecture: 3 min

Le dossier Clifford résumé en quelques lignes ? Un cabinet d’avocats a été désigné sans mise en concurrence parce qu’une administration fédérale n’applique pas la loi en vigueur pour les marchés publics. Sous prétexte que l’ancienne législation et la future disent autre chose que l’actuelle et que donc, pour faire simple, c’est le flou. De leur côté, une ministre et son cabinet n’ont pas suivi la procédure administrative, alors que la responsabilité politique leur incombe.

Que font ces avocats depuis un an ? On ne peut trop s’avancer, puisque aucun contrat n’a été signé. C’est la pratique, dit-on, un simple courrier peut suffire. Sauf que ce courrier n’existe pas non plus. Qu’il n’y a donc nulle trace écrite d’un cahier de charges, qui mentionnerait les dossiers sur lesquels un avis juridique est attendu, moyennant quels honoraires.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs