Accueil Économie

Benoît Cœuré: «Si tout repose sur la BCE, cela va mal se terminer»

Benoît Cœuré, membre du directoire de la Banque centrale européenne, a reçu « Le Soir », « Die Welt » et « Le Figaro » à Francfort. Le retour d’une croissance soutenue et durable est aujourd’hui entre les mains des gouvernements, prévient-il.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

Face à une reprise économique réelle, mais fragile, au sein de la zone euro, les observateurs sont convaincus que la Banque centrale européenne (BCE) va amplifier dès le mois prochain, sa politique d’assouplissement quantitatif – des achats d’actifs financiers à hauteur de 60 milliards d’euros par mois. «  La décision n’est pas prise  », tempère Benoît Cœuré, l’un des six membres du directoire de la BCE, dans un entretien réalisé dans le cadre de l’Alliance européenne des journaux leaders (LENA), dont fait partie Le Soir. Benoît Cœuré met également en garde les gouvernements : seule, la BCE ne peut pas garantir le retour d’une croissance durable et soutenue. Il revient également sur les révélations récentes du Financial Times, qui mettaient en évidence des liaisons potentiellement dangereuses entre l’institut d’émission européen et les grandes banques.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs